Enseignement Cartables trop lourds, les parents d’élèves se mobilisent

L’opération a eu lieu devant le collège Jean-Moulin.  Photo Aline DURET
L’opération a eu lieu devant le collège Jean-Moulin. Photo Aline DURET

Une balance a été installée devant le collège Jean-Moulin, situé place des Minimes, dans le 5e. Afin de peser les sacs à dos des élèves.

Il suffit d’entrouvrir un sac à dos pour avoir une petite idée de la situation. Morgane, collégienne à Jean-Moulin fait un inventaire impressionnant : un agenda, un cahier de français, un dossier d’évaluation, plusieurs pochettes de diverses couleurs, un classeur, une trousse et un parapluie… C’est lourd, elle en convient, « mais vous savez, on a l’habitude ».

De 5 à 10 kg, c’est lourd

Son cartable sera examiné tout comme une bonne trentaine, ce mardi. Vers 7 h 30, une étonnante file d’attente se forme devant l’entrée du collège. Sur le trottoir, une huissière de justice a installé une balance. L’opération pesée de cartables, organisée à l’initiative des parents délégués et de la Peep, a commencé. Agnès, parent d’élève, est à la manœuvre.

Muni d’une autorisation parentale et d’un cahier de correspondance, chaque élève est pesé d’abord sans le cartable, puis avec. La différence saute aux yeux. Le poids atteint 5, 6, voire de 10 kg. « Ça fait beaucoup, lance Bertrand. Les enfants se baladent toute la journée avec leur cartable sur le dos, dit-il, ils n’ont pas d’endroit où se poser, pas de casier, pas de foyer. »

Des casiers et des livres numérisés

C’est bien pour « faire évoluer cette situation qui perdure depuis trop longtemps et qu’ils jugent inacceptable », que ces parents ont décidé de se mobiliser. Les résultats enregistrés seront transmis à la direction de l’établissement, à la Métropole de Lyon et à l’inspection d’académie, annonce le président de la Peep du collège Jean-Moulin, Rémi Turbet Delof.

Leurs demandes ? Que l’on installe des casiers, ou un endroit sécurisé pour laisser les affaires entre midi et 14 heures. Mais aussi des livres numérisés et la mise en place de salle de classe unique, « pour que ce soit les professeurs qui se déplacent », ajoute Bertrand.

Des solutions ont été proposées

« La question est prise très au sérieux par toutes les équipes qui proposent déjà un certain nombre de solutions », peut-on lire sur le site du collège. Principale de l’établissement, Faïza Alami confirme : « On fait beaucoup de choses sur le poids des cartables, on n’a pas attendu cette opération pour y réfléchir ». Des solutions ont été proposées comme un livre pour deux en classe, des cahiers moins épais, l’utilisation des versions numériques des livres à la maison… « Il y a aussi la possibilité d’acheter des casiers, poursuit Faïza Alami. Nous travaillons pour le bien-être de nos enfants, on n’est pas là pour démolir les dos. »

Aline Duret

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?