lyon 7e Le 6e Continent a fermé définitivement ses portes

Une page se ferme pour le 6 e Continent et Mohamed Sidrine, son directeur pendant 14 ans.  Photo Stéphanie FERRAND
Une page se ferme pour le 6 e Continent et Mohamed Sidrine, son directeur pendant 14 ans.  Photo Stéphanie FERRAND

Près de 14 ans après sa création, les baisses de subventions et l’arrêt des emplois aidés ont entraîné la fin de l’aventure de la salle des cultures du monde, située à la Guillotière, le 6e Continent.

Un mois après le musée africain, un autre lieu emblématique du 7e , le bar associatif et la salle de spectacles du 6e Continent ont fermé définitivement leurs portes le 22 décembre dernier.

L’association œuvrant pour la promotion des cultures du monde proposait de nombreux cours de danse et organisait des soirées slam, contes, des bals folk, des concerts et des expositions depuis février 2004, dans le quartier de la Guillotière. Elle accueillait aussi régulièrement entre ses murs d’autres structures locales (associations humanitaires, étudiantes…). Mohamed Sidrine, directeur du lieu précise : « En 2015, nous avons perdu 30 000 € d’aides de la part de l’État quand le quartier est sorti de la politique de la ville. L’année suivante, la région a mis fin à la subvention de la salle (15 000 € annuels) et diminué le montant de l’aide apportée au festival ».

Depuis la rentrée, les artistes locaux et ceux ayant effectué des résidences dans cette salle labellisée scène découverte depuis 2009 ont participé à l’un des 36 concerts de soutien. Ces derniers n’auront toutefois pas permis de sauver ce lieu hors du commun, qui fonctionnait à 70 % (85 % les derniers mois) en autofinancement.

Des temps difficiles pour les lieux culturels

Mohamed Sidrine poursuit : « On a tenu grâce à une mobilisation encore plus grande des membres du conseil d’administration, des bénévoles et des adhérents qui sont venus nombreux aux soirées de soutien mais la fin des contrats aidés cet été, çà a été le coup fatal. Depuis la rentrée, on avait augmenté le tarif des concerts mais cela n’a pas été suffisant ».

La situation reste incertaine pour le festival annuel de l’association, qui accueille plusieurs dizaines de milliers de spectateurs à chacune de ses éditions début juin au parc de Gerland. Mohamed Sidrine précise : « On attend le prochain rendez-vous de travail avec la ville de Lyon, qui nous soutient, pour voir quelles sont les possibilités. On a toujours la flamme des militants ».

En ces temps difficiles pour les lieux culturels, l’avenir demeure également incertain pour le théâtre du Croiseur, installé depuis 1999 quelques rues plus loin, dans le quartier Jean-Jaurès.

Repères

La salle du 6e continent, c’est :

- Près de 40000 spectateurs chaque année

- 6300 adhérents en 2017

- 30 partenaires associatifs annuels

- Une vingtaine de salariés en emploi aidé de 2007 à l’été dernier (la plupart d’entre eux ont trouvé un emploi stable par la suite)

- 300 fiches de paie annuelles pour les intermittents

- 250 élèves chaque année aux cours de danse

- Plus de 30 résidences d’artistes et une centaine d’expositions

- 84 concerts et soirées de soutien assurées par les bénévoles et membres du conseil d’administration les derniers mois

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?