Numérique Lyon, capitale des geeks en 2018

La conférence mondiale du web en avril à Lyon est organisée par l’université de Lyon, en partenariat avec la Région et la Métropole et en collaboration avec la Digital League (cluster/réseau des entreprises de la filière numérique) et l’IW3C2. / Photo Philippe JUSTE
La conférence mondiale du web en avril à Lyon est organisée par l’université de Lyon, en partenariat avec la Région et la Métropole et en collaboration avec la Digital League (cluster/réseau des entreprises de la filière numérique) et l’IW3C2. / Photo Philippe JUSTE

Après une édition en 2012, Lyon accueille cette année The Web conference pour la 2e fois. La crème mondiale du web (chercheurs et entrepreneurs du numérique) va se réunir du 23 au 27 avril au centre des Congrès de la Cité internationale.

La Conférence mondiale du Web à l’origine de découvertes majeures dans le numérique

The Web conference est présenté comme un événement original et hors normes dont la notoriété ne se dément pas depuis sa création en 1994. Cet événement mondial est à l’origine d’annonces, projets et solutions majeures sur le web tels que celle de la présentation de l’algorithme PageRank en 1998 (quelques mois plus tard, le moteur de recherche Google était créé). Ou comme l’algorithme présenté par Badrul Sawar et ses collègues en 2001 qui sera intégré dans de nombreux réseaux sociaux.

On y fait quoi ?

Comme son nom l’indique, on y donne des conférences (sur la santé ou encore la sécurité et confidentialité sur le web etc), on y débat et on y échange. A l’origine de la création de The Web Conference, l’IW3C2 (International WorldWide Web Conference Committee) qui est une organisation professionnelle favorisant la recherche et le développement autour du web. Depuis sa création, l’événement n’a cessé d’évoluer mais la finalité demeure inchangée : faire l’état de l’art et la synthèse des recherches scientifiques mondiales en cours et favoriser ainsi l’échange entre les spécialistes du web afin d’anticiper son avenir et les conséquences sur la société. Comme le dit Eric Angelier, délégué général de Digital League (l’un des acteurs de l’événement) : « The Web Conference va permettre à nos adhérents d’anticiper le futur du web ».

Qui organise ?

La conférence mondiale du web est organisée par l’université de Lyon, en partenariat avec la région et la Métropole et en collaboration avec la Digital League (cluster/réseau des entreprises de la filière numérique) et l’IW3C2. Lyon avait déjà accueilli cette conférence mondiale du web en 2012.

Quels enjeux pour Lyon ?

Le web est générateur d’emplois et booste la croissance économique. Pour le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, « Le numérique est la priorité n°1 ». Cet événement s’inscrit d’ailleurs, selon lui, parfaitement dans la feuille de route numérique qu’il s’est fixé pour faire de la région « la Silicon Valley européenne ». Une feuille de route dont fait partie également son Campus Région qui a ouvert ses portes en septembre 2017 et doit former « les faiseurs du numérique de demain ».

David Kimelfeld inscrit également la Métropole, dont il est président, dans une ère du numérique forcément génératrice d’emplois : « C’est le secteur dans lequel la Métropole crée le plus d’emplois, avec une croissance de 13 % d’emplois en 5 ans contre 2 % à Paris. Nous positionnant ainsi actuellement comme le 2e pôle numérique national avec notamment 7 000 entreprises installées », peut-on lire dans le communiqué de presse consacré à l’événement.

Quant à l’université de Lyon, déjà organisatrice de l’événement il y a six ans, elle s’inscrit complètement dans une stratégie de diffusion foisonnante du digital avec la création d’une formation « transformation numérique » qui doit débuter en février 2018 ou encore une sur les mutations digitales à destination des entreprises.

Selon Khaled Bouabdallah, président de l’UdL (Université de Lyon), cette édition s’annonce prometteuse avec une hausse de 60 % de communications scientifiques soumises par rapport à une édition habituelle. Plus de 2 500 participants sont attendus.

Un hackathon pour les adolescents

Photo d'illustration Philippe Juste
Photo d'illustration Philippe Juste

Objectif encore plus particulièrement pour cette année 2018 : ouvrir à des publics élargis et donc forcément aux plus jeunes.

Du coup, en parallèle du programme de cette conférence mondiale du web, se déroulera le samedi un hackathon/hackateen ouvert à tous. Par équipes d’adultes et d’adolescentes de 2 à 8 personnes, il s’agira d’écrire un jeu en ligne ou une démo sur le thème « notre planète ». Le jeu/démo peut être très basique, il peut s’agir d’une stratégie ou d’une action ou d’un jeu basé sur un quiz, un joueur simple ou multijoueur, ou même un joueur zéro s’il s’agit d’une démo.

Le projet présenté pourra utiliser des graphismes abstraits ou des sprites (séries d’images animées), des graphismes haute résolution ou adopter un look de jeu rétro pixélisé, tels qu’« un ancien jeu d’envahisseur spatial, ou de jeu/démo peut être basé sur du texte.»

L’un des partenaires de l’événement a l’habitude d’organiser des hackathon, notamment avec le BlendWebMix 2017. L’école de code 101 a elle aussi un hackathon en perspective en mars avec La Nuit du code Citoyen de Lyon.

Les autres rendez-vous

Un atelier numérique de LDigital
“ Numérique : Une opportunité pour les femmes ! ”, vendredi 12 janvier de 12 à 14 heures, 1 bis rue de la Charité, Lyon 2e.

Happy New Food
Rendez-vous pour échanger avec les start-up de la FoodTech Lyon-Auvergne Rhône-Alpes, mardi 30 janvier 2018, 23 rue Jean-Baldassini, Lyon 7e.

SiDO 2018
Internet des Objets, les 4 et 5 avril 2018, à la Cité internationale à Lyon.

Mixit 2018
Rencontre des acteurs du numérique et des logiciels, du 19 et 20 avril 2018, 43 boulevard du 11- Novembre 1918, Villeurbanne.

Sandrine Rancy

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?