Social La Métropole promet de mieux accompagner les plus fragiles

La prévention à tout âge est au cœur des politiques sociales et médico-sociales. / Photo Laurence Danière/Métropole de Lyon
La prévention à tout âge est au cœur des politiques sociales et médico-sociales. / Photo Laurence Danière/Métropole de Lyon

Adopté lundi 6 novembre à l’unanimité, le Projet métropolitain des solidarités 2017-2022 prévoit 80 actions inclusives pour les plus vulnérables. Budget annuel : 750 millions d’euros.

«C’est de l’humain. Ça ne se travaille pas comme un plan local d’urbanisme. C’est un peu comme faire de la poterie. Ça prend du temps, mais c’est une étape importante pour mieux accompagner ensemble les personnes vulnérables», souligne David Kimelfeld, à propos du Projet métropolitain des solidarités (PMS), acté pour cinq ans et présenté aux élus lundi 6 novembre, en séance du conseil de la Métropole.

Parce qu’elle a récupéré les compétences sociales du département, la Métropole, jusqu’alors spécialiste de développement économique et urbain, se fixe pour nouvelle ambition de «mieux accompagner les plus fragiles» que sont les personnes âgées, les personnes handicapées, celles relevant de l’enfance ou de la petite enfance. Avec des problématiques complexes à solutionner liées au vieillissement, à la précarité sociale, à l’isolement, à la hausse des maladies psychiques, au décrochage scolaire, aux risques de radicalisation, etc.

Ainsi, dix-huit mois de travail ont été nécessaires pour faire aboutir le PMS en concertation avec les acteurs du champ social et médico-social, ainsi que les communes.

« Une véritable opportunité »

Parmi ceux qui en parlent le mieux, Pascal Isoard Thomas y voit «une véritable opportunité». Le directeur régional de l’association des Petits Frères des Pauvres considère, en effet, qu’«un vrai dialogue s’est créé entre les services». De quoi rendre possible des initiatives, dont celle de colocation pour personnes âgées isolées atteintes d’Alzheimer. «Porté, à l’origine, par notre association, ce projet mobilise désormais les services de la Métropole, les HCL [Hospices civils de Lyon], les communes, les bailleurs sociaux, les promoteurs. C’est devenu un véritable projet de territoire!»

Maître mot, en effet, du Projet métropolitain des solidarités, la transversalité révèle la volonté de changer les pratiques du champ du social.

Autre aspect majeur des politiques sociales qui se mettent en place, l’accent mis sur la prévention, «ceci afin d’éviter la dégradation des situations des plus vulnérables», insiste Murielle Laurent, vice-présidente chargée de l’Action sociale et éducative.

«Le curatif mobilise aujourd’hui, 80% des dépenses publiques», rappelle, en écho, Laure Chareyre. La directrice de l’Union régionale des œuvres et organismes privés sanitaires salue, en outre, le décloisonnement qui devient la règle et «la transition amorcée par les établissements sanitaires et sociaux qui ne raisonnent plus en termes de places, mais davantage de solutions, avec la capacité d’être en veille sur tout un territoire».

Le PMS 2017-2022 contient 80 actions concrètes (lire ci-dessous). Concret encore le rapprochement des 57 Maisons de la Métropole et des 59 CCAS qui sera effectif en janvier.

En savoir plus sur le Projet métropolitain des solidarités

 

Le Projet métropolitain des solidarités, ce sont :

 

- 4 axes : développer la prévention, offrir un parcours continu et adapté à l’usager, renforcer la cohérence des politiques de solidarité, favoriser l’inclusion sociale et urbaine.

- 750 millions d’euros en 2017 soit près de 25 % du budget métropolitain

- 30 % des effectifs de la Métropole dédiés

55 000 à 60 000 ménages reçus

-142 000 entretiens sociaux

15 000 visites à domicile

17 500 enfants vus en bilan de santé

10 000 mineurs pris en charge dans le cadre de la protection de l’enfance

 

80 actions inclusives le composent, parmi lesquelles :

 

- Adapter les bilans de santé à l’école maternelle aux spécificités des territoires métropolitains

- Repérer les aidants, leurs difficultés et optimiser leur parcours

- Simplifier l’accès aux droits et aux services

- Garantir un parcours fluide et sans rupture aux enfants accompagnés

- Intervenir au plus tôt de manière à prévenir la dégradation des situations familiales

Dominique Menvielle

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?