Vaise Un établissement scolaire entier en préfabriqués: une première à Lyon

L'école est installée dans le parc Montel. Capture d'écran Google street view
L'école est installée dans le parc Montel. Capture d'écran Google street view
L’école Joannès-Masset, posée dans la verdure, du côté de l’élémentaire, avec la cour en contrebas. Photo Sophie MAJOU
L’école Joannès-Masset, posée dans la verdure, du côté de l’élémentaire, avec la cour en contrebas. Photo Sophie MAJOU
L'école est installée dans le parc Montel. Capture d'écran Google street view L’école Joannès-Masset, posée dans la verdure, du côté de l’élémentaire, avec la cour en contrebas. Photo Sophie MAJOU

« C’est beau, c’est tout propre ! La maîtresse est gentille. Mais, bon, il manque peut-être des jeux dans la cour ». Une maman vient de déposer son enfant dans l’école “Joannès-Masset provisoire”, dans le quartier de Vaise (Lyon 9e ).

Pourquoi « provisoire » ? La Ville a accumulé d’importants retards dans la construction de l’école initialement prévue en dur ; les élus ont donc décidé de créer un établissement scolaire entier en préfabriqués. Une première à Lyon.

Problème : c’est dans le parc public Montel qu’elle a été installée. Alors, si les enfants et les maîtres apprécieront autant de verdure, les utilisateurs du parc, eux, rongent leur frein. 

« Une Rolls Royce »

Un recours en justice a bien été entamé par des riverains, mais il n’a pas prospéré. Il leur reste à espérer de retrouver l’espace, en bon état, lors du départ de l’école, prévu dans trois ans lorsque l’école définitive sera terminée. 

En attendant, elle a tout d’une grande, cette école, avec ses classes sur deux niveaux, sa cantine, ses sanitaires, préaux, couchettes, etc.

Certes, le sol en vinyle fait plastique, mais les pièces sont claires et climatisées, l’été.

« Rien à voir avec les préfabriqués du collège Chaponnay où j’ai fait ma sixième, cinquième, quatrième… Là-bas, je me souviens qu’on mourait de chaud », confie le maire Georges Képénékian, pour qui l’école Joannès-Masset s’apparente plutôt à une « Rolls Royce ».

Il est vrai qu’en matière de coût, il a quand même fallu débourser 5,5 millions d’euros, dont un peu moins d’un million pour la seule pose, tandis que le démontage est estimé à 500 000 €.

Selon Sophie Pauloz, architecte en charge du projet pour la Ville, aucun arbre n’a été touché, y compris les racines, qui ont été préservées en surélevant les bâtiments. Et c’est pour cela que le restaurant scolaire a une forme particulière, en “Z”. 

On dénombre 170 élèves dans l’école, dont 100 en maternelle répartis dans quatre classes et 70 en élémentaire répartis dans trois classes. Les dix salles de classe ne seront pas toutes utilisées cette année, une montée en puissance étant prévue, préfigurant ce qui sera l’école définitive. Cette dernière, de dix-huit classes, est prévue pour ouvrir en 2020.

M. F. et S. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?