Education Orientation : la situation se débloque pour les bacheliers sans affectation

Le système APB, mis en place en 2009, a été très critiqué cette année / Photo PQR/L'Est républicain
Le système APB, mis en place en 2009, a été très critiqué cette année / Photo PQR/L'Est républicain

Mi-juillet, plusieurs milliers de diplômés passés par le système d’Admission post-bac attendaient une place à la rentrée dans l’académie de Lyon. En fin de semaine dernière, ils n'étaient plus que 189 sur liste complémentaire.

« J’avais coché quatorze vœux, principalement dans les domaines de l’audiovisuel et du digital marketing. Je n’ai été reçu nulle part. On nous rabâche qu’il faut avoir le bac pour avoir un métier. Ce sont des paroles en l’air. Cette année, je pense donc à travailler pour me payer une école privée l’an prochain ».

Anthony Jacobelli, diplômé d’un bac technologique STI2D à la Martinière Diderot, est amer. Comme lui, 2 822 bacheliers issus de l’académie de Lyon (ils étaient 86 969 dans toute la France) n’avaient pas reçu d’affectation au terme de la troisième période d’Amission post-bac (APB), le 19 juillet. La faute notamment à une augmentation du nombre de candidatures pour des raisons démographiques.

Chaotique il y a quelques semaines, la situation est aujourd’hui en passe de trouver une issue favorable.

Du moins en apparence. Au 31 août, l’académie de Lyon ne comptait plus “que” 189 bacheliers inscrits sur liste complémentaire. Parmi eux, 112 provenant d’une filière professionnelle, 71 d’un bac technologique et six du général. 

Chaque dossier au cas par cas

"Ce chiffre est à relativiser", tempère toutefois Pascale Perret, chargée de communication au rectorat. "Certains candidats sans affectation n’ont pas souhaité s’inscrire sur cette liste et ont préféré rejoindre une formation privée, prendre une année sabbatique ou encore redoubler. Pour eux, nous ne pouvons assurer de suivi".

Pour les inscrits, en revanche, le service orientation de l’académie travaille chaque jour à trouver des solutions en traitant chaque dossier au cas par cas.

D’autant que les bacheliers, pouvant faire leur choix avec la réserve “oui mais”, sont encore nombreux à ne pas avoir communiqué leur décision finale, ce qui libérera fatalement des places.

La procédure prendra fin le 30 septembre.

Gautier Stangret

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?