Commerce Slowdises, l'espace bien-être tout en gourmandises

À l’entrée du salon de thé, un fauteuil, des plantes et beaucoup de lumière invitent à se reposer.   Photo Sylviane-Sarah OLING
À l’entrée du salon de thé, un fauteuil, des plantes et beaucoup de lumière invitent à se reposer. Photo Sylviane-Sarah OLING

Nawell Tornicelli, une Villeurbannaise alchimiste du “slow life”, invente un nouvel espace dédié à la culture du goût et de l’esprit. Entre fragrances d’huiles essentielles, arôme puissant du chocolat et invitation à se poser quelques heures loin du bruit et de l’agitation de la ville.

Ce lieu subtil est né du désir de Nawell Tornicelli de réinventer sa vie, déjà riche d’expériences dans le monde la culture et de l’éducation populaire. Une vie riche, certes, mais loin de la zénitude prônée par le mouvement “slow life” qui la guide désormais. Le fondateur, journaliste italien, Carlo Pedrini le décrit ainsi : « Il est inutile de forcer le rythme de notre existence. L’art de vivre consiste à apprendre comment dédier du temps à chaque chose. »

Slowdise est donc un espace créé pour stimuler tous les sens. À l’étage, un “zénarium” au calme, est aménagé pour faire des microsiestes. En bas, on trouve un atelier de fabrication de chocolats, un bar à olfaction d’huiles essentielles, et un coin dégustation de gourmandises à base d’huiles essentielles. Nawell Tornicelli s’est formée à l’aromathérapie et à l’olfaction.

Apéros philo, expositions et paniers bien-être à la rentrée

Le lieu se veut “concept store” à trois dimensions : un “slow café” salon de thé, une partie chocolaterie et un lieu culturel. Dès la rentrée seront effectivement proposés des apéros philo, des expositions, etc. Un partenariat avec le cinéma Le Zola, la librairie Lettres à croquer et le fleuriste Perce-neige va également permettra la création d’un panier bien-être qui sera composée d’une place de cinéma, un bouquet, un livre et du chocolat.

Quant au salon de thé, les gâteaux sont réalisés par Pâtissarome, une pâtissière en auto-entrepenariat. Le chocolat, lui, est bio et provient du commerce équitable, sans lactose, mais avec des huiles essentielles.

Le local de 60 m², une ancienne banque, a été conçu avec l’esprit du Feng shui, dans le respect du slow design, avec des fauteuils profonds, un espace tout en hauteur, des tableaux, des livres, des tables avec des jeux, etc. Nawell Tornicelli bouillonne d’idées, elle voit Slowdises comme un lieu ouvert, où les gens du quartier pourront pousser la porte, simplement, pour partager un café, prendre le temps d’aller vers l’autre. Elle dit elle-même : « Je veux que Slowdises soit un espace de bien-être et de gourmandise de l’esprit et du corps, qui interroge sur notre rapport au temps. »

Slowdises, 113, cours Émile-Zola. Salon de thé ouvert de 10 à 18 heures, du mardi au samedi. Proposition de restauration sur réservation au 06.59.12.94.24. Facebook : Slowdises

Un lieu novateur à Villeurbanne

Nawell Tornicelli a bien visité d’autres locaux, mais c’est à République qu’elle a décidé de s’installer. Soutenue par l’association Rhône développement initiative (RDI) et par la Chambre des métiers et de l’artisanat sur les plans juridique et administratif, la jeune femme a, de son côté, réalisé une enquête de terrain. « J’ai eu des chiffres par la direction générale du développement urbain », ajoute-t-elle.

Si certains proches lui ont pourtant conseillé de s’installer à Lyon, Nawell Tornicelli a souhaité « proposer un lieu novateur » à Villeurbanne. « C’est sûr, ça aurait été plus simple de s’installer à Croix-Rousse, confie-t-elle. Mais je ne voulais pas arroser là où c’était déjà mouillé. » L’émergence du nouveau quartier des Gratte-Ciel suscite beaucoup d’attentes et déjà la Villeurbannaise a pu observer que les habitants s’intéressaient de plus en plus au commerce équitable, au bio et à une consommation responsable.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?