De Lyon à Paris La fulgurante ascension du Lyonnais qui a dirigé toute la campagne de Macron

Jean-Marie Girier, 32 ans, est né à Lyon. Son père était garagiste à Saint-Priest.    Photo MAXPPP
Jean-Marie Girier, 32 ans, est né à Lyon. Son père était garagiste à Saint-Priest. Photo MAXPPP

Jean-Marie Girier, que certains voient comme le futur chef de cabinet du nouveau président de la République, est né à Lyon, où il a débuté sa carrière. D’abord, à partir de 2009, comme directeur de cabinet du maire du 9e. Puis comme chef de cabinet de Gérard Collomb à la Métropole, jusqu’en décembre 2016. Portrait d’un humaniste ambitieux et très discret.

Soyez attentifs la prochaine fois où vous regarderez un reportage sur Emmanuel Macron à la télévision. Très souvent, vous pourrez apercevoir dans son sillage un visage exprimant une colossale détermination. Ce visage, c’est celui du Lyonnais Jean-Marie Girier, un bourreau de travail ambitieux, discret et stratège, qui fuit toute expression dans les médias.

A 32 ans, cet inconnu du grand public est l’un des principaux artisans de la victoire du candidat d’En Marche ! à la présidentielle. Selon les informations du Progrès , l’une de ses intuitions de génie, avec d’autres personnes, a été de s’inspirer en partie de la campagne menée par Barack Obama aux Etats-Unis, en s’appuyant notamment sur l’ex-journaliste Laurence Haïm – membre du staff de Macron – qui a conservé des liens privilégiés avec l’ancien locataire de la Maison-Blanche. La recette ? Permettre la création de comités citoyens, avec adhésion gratuite et en accordant une grande latitude d’action aux bénévoles pour faciliter une mobilisation croissante. A cela, s’est ajoutée une communication massive via Internet, où les messages privilégiaient toujours un langage simple, axé sur l’émotionnel. Mettre en place, en quelques mois seulement, un mouvement politique, en même temps qu’une campagne, n’était possible qu’à ces différentes conditions. Et c’est ainsi que l’impensable est devenu réalité : remporter l’Elysée.

Cette contribution active de Jean-Marie Girier au succès d’Emmanuel Macron n’étonne pas ceux qui ont assisté à son début de carrière éclair à Lyon, jusqu’à son départ de son poste de chef de cabinet de Gérard Collomb à la Métropole, en décembre 2016. Après un Master 2 conjointement obtenu à l’ENS et à Sciences Po Lyon, puis une première expérience professionnelle, notamment au service de presse de la Région Rhône-Alpes (1 ), il rejoint le Parti socialiste (PS) en adhérant en 2008 à la section de Vaise (9e arrondissement de Lyon), son lieu de résidence. « Très vite, il en est devenu le secrétaire. J’ai vu tout de suite que c’était un gros bosseur, hyper organisé et structuré », témoigne Hubert Julien-Laferrière, maire (PS) du 9e arrondissement. Le 9e , c’est le creuset miraculeux du sénateur-maire (PS) Gérard Collomb, par lequel ceux qui passent connaissent, en général, une suite de carrière prometteuse. Mais Jean-Marie Girier n’est pas un politique. « Il avait déjà le profil d’un collaborateur de cabinet de haut niveau. C’est un pluridisciplinaire très efficace qui s’intéressait à tout, et aussi bien aux questions de politique locale, que nationale », relève Hubert Julien-Laferrière.

En 2009, les qualités hors normes de Girier conduisent à son recrutement par Alain Giordano, alors maire écologiste du 9e arrondissement. Il en fait son directeur de cabinet. L’élu, aujourd’hui adjoint aux Espaces verts de Gérard Collomb, se souvient d’un homme qui ne comptait pas ses heures, « à l’esprit de synthèse et à la rapidité extraordinaires. » « Il était humble et pouvait être aussi très dur. » Alain Giordano reste marqué par son souci de toujours associer dans sa réflexion, l’entreprise, l’habitat et les loisirs. « C’est une grille d’analyse et d’action qui peut être dupliquée aisément au niveau national », confie l’adjoint lyonnais. Ces derniers jours, Giordano dit avoir reconnu « la patte » de son ancien directeur de cabinet à Lyon 9e , dans les discours de Macron. « Quand il parle d’humanisme et de l’importance de mettre l’homme au centre des préoccupations politiques, ça, c’est du Jean-Marie Girier tout craché ! », assure-t-il.

D’autres élus lyonnais, moins élogieux – est-ce par jalousie ? –, se plaignaient en revanche de son « omniprésence » et « des barrières » qu’il « mettait entre eux et Collomb ». Après tout, n’était-ce pas aussi son métier ? Sa loyauté, son travail de forçat et son esprit visionnaire devraient être bientôt récompensés. Selon des informations que nous n’avons pu recouper, Jean-Marie Girier pourrait devenir le chef de cabinet d’Emmanuel Macron à l’Elysée. La fulgurante ascension d’un Lyonnais de 32 ans. Et une pièce maîtresse de plus dans le dispositif du Président qui peut compter aussi sur la grande expérience territoriale d’un Gérard Collomb, membre de son premier cercle. A travers les figures complémentaires de ces deux hommes, la capitale des Gaules (re) devient un petit peu celle de la France…

(1) Voir l’hebdomadaire lyonnais Les Potins d’Angèle du 4 mai 2017

Il était humble et capable d’être très dur

Alain Giordano, ex-maire de Lyon 9e

Nicolas Ballet

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?