Tendances Pourquoi jeter quand vous pouvez réparer ? Apprenez à le faire avec l'Atelier soudé

Après un premier essai concluant en novembre dernier, l’Atelier soudé tiendra mensuellement un Repair café à la MJC à compter de septembre.  Photo Laura LEPINE
Après un premier essai concluant en novembre dernier, l’Atelier soudé tiendra mensuellement un Repair café à la MJC à compter de septembre. Photo Laura LEPINE
Clément Poudret, 22 ans, et Baptiste Nominé, 28 ans, cofondateurs de l’Atelier soudé, aident leurs adhérents à devenir des as du bricolage.  Photo L. LEPINE
Clément Poudret, 22 ans, et Baptiste Nominé, 28 ans, cofondateurs de l’Atelier soudé, aident leurs adhérents à devenir des as du bricolage. Photo L. LEPINE
Après un premier essai concluant en novembre dernier, l’Atelier soudé tiendra mensuellement un Repair café à la MJC à compter de septembre.  Photo Laura LEPINE Clément Poudret, 22 ans, et Baptiste Nominé, 28 ans, cofondateurs de l’Atelier soudé, aident leurs adhérents à devenir des as du bricolage.  Photo L. LEPINE

Dans leurs locaux de la rue du Luizet, les membres de l’Atelier soudé proposent au public d’apprendre à réparer leurs appareils électriques. Une solution économique qui évite de jeter ses objets défectueux.

Une collection de tournevis, des multimètres et des circuits électroniques transformés en petit robot. Pas de doute, la maison au 1, rue du Luizet fait figure de temple du bricoleur. Dans cette petite rue tranquille à deux pas du campus LyonTech-la Doua, deux jeunes Lyonnais ont créé l’association L’Atelier soudé, en janvier 2016.

Dans les locaux villeurbannais de la Manufacture des idées et des nouvelles expérimentations (Myne), Clément Poudret, 22 ans, et Baptiste Nominé, 28 ans, ont donné naissance à cette structure : « Il s’agit d’un atelier de réparation participatif ouvert à tous. Chacun peut apporter un objet de type petit électroménager ou électronique et apprendre à le réparer. On fournit les outils et le savoir-faire », explique Clément Poudret.

Téléphones, cafetières et micro-onde sauvés de la déchetterie

En échange d’une adhésion de 20 €, chacun peut apprendre à réparer son objet défectueux, en bénéficiant du matériel et des conseils des membres de l’Atelier soudé. « L’idée est que l’utilisateur devienne moins dépendant du circuit de consommation. On veut proposer quelque chose d’utile socialement et de valorisant », confirme Baptiste Nominé. Et ce concept rencontre un franc succès : l’association compte 300 adhérents et 30 bénévoles. De plus, elle multiplie ses actions sur la commune, du Karnaval humanitaire au centre social de Saint-Jean, en passant par la MJC, où elle proposera un Repair café mensuel à partir de septembre. « Nous avons même été sollicités par la mairie de Villeurbanne pour réparer des ordinateurs qui seront distribués à des associations », ajoute Clément Poudret. Fort de ces sollicitations, les deux comparses fourmillent de projets. « Nous proposerons bientôt un kit de réparation, une base de données rassemblant toutes les réparations effectuées, ainsi qu’une plateforme numérique pour accompagner les structures qui nous accueillent. Nous développons aussi nos ateliers pédagogiques pour les enfants et adolescents. » Pas d’âge pour essayer de sauver la planète.

On fournit les outils et le savoir-faire

Clément Poudret

et Baptiste Nominé,

créateurs de l’Atelier soudé

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?