Saint-Cyr-au-Mont-d’Or Le radar du mont Thou démantelé

L’ancien radar “Palmier”, protégé par un “radôme”, sera remplacé par un modèle de haute technologie “Ground Master 406”. Les travaux vont durer plus de deux ans / Photo Stéphane Guiochon
L’ancien radar “Palmier”, protégé par un “radôme”, sera remplacé par un modèle de haute technologie “Ground Master 406”. Les travaux vont durer plus de deux ans / Photo Stéphane Guiochon

Dissimulé par une boule visible depuis Lyon, l'appareil chargé de surveiller l’espace aérien laissera place à un nouveau modèle dès 2019.

Une page est en train de se tourner à la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun. L’un de ses radars historiques, un “Palmier” placé sur le mont Thou depuis 1970, va être démantelé ces prochaines semaines pour laisser place à un modèle 3D “Ground Master 406” de dernière génération.

Avec une conséquence visuelle d’importance : d’ici à quelques semaines, la grosse boule de quinze mètres de diamètre, visible depuis Lyon et le val de Saône, disparaîtra. Pas de changement, en revanche, pour son homologue du mont Verdun, qui reste en place.

Deux ans de chantier

« Le nouveau radar sera installé au printemps 2017, mais il ne pourra être opérationnel qu’en 2019 », confie le colonel Hervé Guillerault.

Ce chantier colossal est parti pour durer plus de deux ans. Le bâtiment actuel sera démoli, avant d’intégrer une tour longiligne de 30 mètres de haut, surplombée par un nouveau “radôme” plus petit (9 mètres de diamètre), destiné à protéger des intempéries le radar et l’antenne.

Ce changement sera surtout une révolution technologique pour la surveillance de l’espace aérien français, effectuée depuis le centre de commandement de Lyon-Mont-Verdun. Après Kourou et Nice, ce sera la troisième implantation d’un radar “Ground Master 406”. Systèmes d’information ultra-sécurisés, portée de surveillance à 480 kilomètres, 3D pour évaluer l’altitude d’un avion : ce futur outil 100 % numérique fait partie « des fleurons des radars de nouvelle génération », apprécie le colonel.

Lors de sa mise en service en 2019, le radar du mont Thou, inactif depuis 2012, sera directement géré depuis le centre de commandement de la base aérienne 942. En attendant, c’est le radar “23 cm” du mont Verdun qui est chargé de la surveillance de l’espace aérien du Sud.

Yoann Terrasse

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?