Recherche scientifique On ne prend pas les mêmes décisions le ventre vide ou le ventre plein…

Prend-on de plus mauvaises décisions si on est affamé ?  Photo MaxPPP
Prend-on de plus mauvaises décisions si on est affamé ? Photo MaxPPP

Des chercheurs lyonnais lancent une étude sur les relations entre métabolisme et prise de décision et cherchent des volontaires.

Bien dormir et manger sainement, c’est bon pour la santé mais ça influence aussi nos activités quotidiennes. Ainsi, les gens mangeant davantage de fruits et légumes se déclarent plus heureux et plus satisfaits dans leur vie quotidienne. L’affaire intéresse donc les économistes… Car un employé heureux est un employé plus productif. Et comme le promettait la pub « Un coup de barre ? Un Mars et ça repart », une expérience a montré qu’offrir des barres chocolatées ou des fruits à des employés augmente leur productivité à court terme de 15 à 20 %. A l’inverse, le manque de sommeil peut avoir des effets délétères en entreprise car il affaiblit la confiance dans les autres donc le comportement pro-social et favorise les choix impulsifs et les décisions plus risquées ! Du coup, des chercheurs lyonnais se sont demandés si avoir faim ou soif nous conduit à prendre des décisions plus mauvaises. Il s’agit du Groupe d’analyse et de théorie économique (GATE). Spécialisés en économie comportementale, ces chercheurs du CNRS et de l’Université de Lyon testent des modèles économiques en tenant compte des facteurs psychologiques et émotionnels. Ils ont déjà identifié que des personnes ayant bu une boisson sucrée résistaient davantage que les personnes à jeun à la tentation d’un petit gain immédiat pour recevoir plus tard un gain supérieur. Aujourd’hui, ils lancent une nouvelle recherche destinée à comprendre de manière plus précise ces relations entre le métabolisme et la prise de décisions. Ou comment démontrer de manière scientifique que « ventre affamé n’a pas d’oreille » ?

Comment participer

Le GATE (CNRS, Université de Lyon) recherche des volontaires âgés de plus de 18 ans, pour participer à cette expérience. Tout volontaire en bonne santé est le bienvenu, en particulier les personnes en surpoids (Indice de masse corporelle > 30). L’étude, menée à Lyon centre et Ecully, consiste à faire des choix simples entre plusieurs options sur tablette numérique. Aucune connaissance n’est exigée. La participation n’expose à aucun risque pour la santé. Il faut se présenter à jeun (dernier repas : dîner de la veille). L’étude dure 2 h 30 au cours de laquelle un petit-déjeuner est servi. Une indemnisation est versée (de 20 à 40 €).

Inscriptions :https ://ec.gate.cnrs.fr. Renseignements : ec@gate.cnrs.fr

Sylvie Montaron

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?