Pédagogie La Récré de Lucie, la web TV éducative qui fait la cour aux enfants

L’équipe de Chromatiques,  Xavier Berthod-Bono,  Patrick Chiuzzi   et Cécile Taillandier, est passée au tout connecté.  Photo Hugo PONCET
L’équipe de Chromatiques, Xavier Berthod-Bono, Patrick Chiuzzi et Cécile Taillandier, est passée au tout connecté. Photo Hugo PONCET

Vos enfants ont envie d’apprendre autrement qu’à l’école ? Lucie la luciole a décidé de les éclairer grâce à sa chaîne, créée par la société de production lyonnaise Chromatiques.

Du petit écran à Internet, il n’y a qu’un pas, que la société de production lyonnaise Chromatiques a décidé de franchir.

« Pour évoluer avec son temps », explique dans un premier temps Patrick Chiuzzi, producteur et gérant.

Car il est vrai que les innombrables DVD qui peuplent les murs des locaux de la société ont un peu de mal à trouver preneur.

Forts d’un catalogue de films important, Patrick Chiuzzi et son équipe ont donc décidé de passer à l’heure digitale en lançant La Récré de Lucie, plateforme destinée aux enfants qui met à disposition les multiples films de Chromatiques. Comme une sorte de “recyclage pédagogique”.

Un marché de niche, chiche ?

"C’est un mélange d’apprentissage et de divertissement", détaille Cécile Taillandier, chargée de développement.

"L’idée est de vulgariser des sujets complexes, pour les rendre accessibles aux enfants. Chaque semaine, nous compilons des vidéos de 30 minutes, disponibles en accès libre pendant sept jours. L’opération sera renouvelée toutes les semaines, en cohérence avec un thème retenu ».

A titre d’exemple, La Récré de Lucie, mise en ligne le 21 septembre (le dernier jour de l’été), a proposé des vidéos sur la formation des nuages ou la pluie…

La totalité du catalogue de Chromatiques est également accessible sous réserve d’un abonnement (4,99 euros par mois).

« Le projet a été long à se dessiner. Nous avons mis deux ans », livre Patrick Chiuzzi.

Le “bébé” est désormais lancé sur un marché de niche, où la concurrence est encore rare.

« Nous avons constaté un manque sur ce créneau. Les enfants sont de moins en moins attirés par la télévision et le web offre de multiples possibilités », explique encore Patrick Chiuzzi.

Et aussi un investissement sans d’énormes prises de risques.

« Nous utilisons nos propres vidéos et notre plateforme a été livrée clé en main. Les risques sont donc limités », affirme le patron.

Une nouvelle bienvenue au regard des finances de la profession. Et qui n’empêche pas de voir plus loin.

> Infos: www.larecredelucie.fr

Hugo Poncet

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?