Croix-Rousse La Dalle Leynaud reprend toute sa place au cœur des Pentes

La Dalle Leynaud, une respiration pour les habitants de la montée de la Grande Côte.  Photo Alain-Charles FABRE
La Dalle Leynaud, une respiration pour les habitants de la montée de la Grande Côte. Photo Alain-Charles FABRE

Une solution juridique vient d’être trouvée après des années de flou.

Il aura fallu un an de travail à Arthur Remy, 1er adjoint au maire du 1er et toutes ses connaissances en urbanisme, pour faire aboutir un dossier vieux de quinze ans.

Jusque-là, un vide juridique caractérisait la dalle Leynaud autrefois appelée “Îlot Vieille monnaie”, cet espace situé 80 à 89 montée de la Grande Côte, bordant la rue René-Leynaud du 1 au 3 et l’impasse René-Leynaud. Ni privé, ni public, cet espace joue pourtant un rôle moteur dans la vie des habitants du 1er. L’été, on s’attable à ses terrasses, les enfants jouent sur l’esplanade. « Créée à la fin des années 80, la dalle Leynaud était régie par une servitude de passage public, dont les termes juridiques n’avaient jamais été définis », précise Arthur Remy. « Une erreur de l’histoire », qui mettait dans l’embarras la Ville de Lyon, les locataires des immeubles environnants et les propriétaires des 60 places de parking souterrain, établis sous la dalle Leynaud.

Si les cafetiers échappaient à toute redevance, un procès-verbal de remise d’ouvrage remontant au 10 avril 1989 transférait la propriété à la Ville de Lyon, des aménagements de la dalle. Ainsi, jardinières, serrurerie, candélabre, et fontaine, devaient être entretenus par la commune. Bref, une solution mi-figue, mi-raisin, qui ne satisfaisait personne.

Après concertation, les services de la Ville, les élus du 1er et le syndicat de copropriété de l’“Îlot Vieille Monnaie” ont formalisé l’usage de cette dalle au bénéfice de la Ville de Lyon. Arthur Remy n’y voit que des avantages : « Cela va faciliter la gestion quotidienne de cet espace et ouvrir, à moyen terme, des perspectives de réaménagement. L’écoulement des eaux pluviales va être remis à plat, ce qui devrait aussi stopper la dégradation de cette dalle, laquelle avait vocation, dans les années 80, à devenir une place publique.

> Prochain conseil d’arrondissement, mercredi 28 septembre à 18 h 30.

Marie-Christine Parra

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?