Sciences Responsable de collections de géologie, il gère dix millions de fossiles

Emmanuel Robert aide les paléontologues internationaux dans leurs recherches avec l’une des plus belles collections de fossiles du monde. Ici, un moulage d’un Ichtyosaure, reptile marin qui a disparu il y a environ 200 millions d’années / photo Lucette Gabriel
Emmanuel Robert aide les paléontologues internationaux dans leurs recherches avec l’une des plus belles collections de fossiles du monde. Ici, un moulage d’un Ichtyosaure, reptile marin qui a disparu il y a environ 200 millions d’années / photo Lucette Gabriel

Emmanuel Robert est responsable des collections de géologie à l’université Claude-Bernard à Villeurbanne. Un poste unique en France.

Emmanuel Robert est ingénieur de recherche. Il occupe l’unique poste en France de responsable des collections de géologie à l’université Claude-Bernard à Villeurbanne, pour le Centre national de recherche scientifique (CNRS).

Sa fonction consiste à gérer les collections de recherches auprès des paléontologues du monde entier. Pour les besoins de leurs différentes recherches, ces derniers viennent à Lyon pour étudier les fossiles, dont certains datent de 550 000 millions d’années.

10 millions de fossiles dans 25 000 tiroirs

Emmanuel Robert gère ainsi dix millions de fossiles, répartis dans 25 000 tiroirs et deux millions de boîtes, le tout sur 3 000 m² de salles. Cette collection, servant de référence pour nommer les fossiles et d’échelle chronologique pour dater les roches, permet de reconstituer les environnements du passé.

Elle est l’une des vingt meilleures collections du monde. Nous devons le premier fossile collectionné à Villeurbanne à Jean-Baptiste Fournet, géologue de la faculté des sciences. Sa collection régionale a été enrichie dès 1889 par le paléontologue Charles Depéret, une sommité internationale en la matière.

Voici onze ans, dont quatre et demi à Lyon I, que Emmanuel Robert vit pleinement sa passion. Après des études universitaires en géologie à Grenoble, une thèse en paléontologie à Toulouse et à Lima au Pérou, Emmanuel Robert passe le concours au CNRS.

En parallèle, il mène également des recherches en paléontologie et plus spécialement sur les ammonites. Des recherches qui lui ont permis de voyager, entre autres, à Madagascar, au Maroc, en Antarctique et aux États-Unis.

Il pourrait en parler des heures de ces souvenirs inoubliables. On pense notamment à ces deux semaines sous la tente en Antarctique, où il fut déposé sur la banquise en hélicoptère, ou encore à sa rencontre avec une famille de paysans péruviens lorsqu’il était à la recherche d’un ancien paléontologue.

Emmanuel Robert étudie, mais communique aussi sur ses recherches. Comment ? En écrivant des articles scientifiques dans des revues spécialisées, telle que Cretaceous Research (recherche sur le crétacé, période géologique de 145 à 66 millions d’années qui s’est achevée avec la disparition des dinosaures et des ammonites).

Avoir la tête bien pleine est une chose, l’entretenir en est une autre. Pour cela, ce père de famille de deux petites filles, Ana et Célie, pratique quotidiennement la course à pied.

Il s’échappe également grâce aux ouvrages littéraires de sa compagne, Élisabeth Combres, écrivain… et ancienne journaliste scientifique. On ne se refait pas.

Lucette Gabriel

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?