Artisanat La porte géante de l'hôtel de ville sera restaurée par la menuiserie Larat

La menuiserie Larat compte aujourd’hui douze employés à temps plein / photo Bastien Bruneton
La menuiserie Larat compte aujourd’hui douze employés à temps plein / photo Bastien Bruneton
François Ros (à droite) gère la menuiserie en famille, à côté de son frère, Ange (à gauche) / photo Bastien Bruneton
François Ros (à droite) gère la menuiserie en famille, à côté de son frère, Ange (à gauche) / photo Bastien Bruneton
La menuiserie Larat compte aujourd’hui douze employés à temps plein / photo Bastien Bruneton François Ros (à droite) gère la menuiserie en famille, à côté de son frère, Ange (à gauche) / photo Bastien Bruneton

Créée en 1867, dans le cinquième arrondissement, la menuiserie Larat est l’une des plus anciennes de Lyon. Spécialisée dans le sur-mesure, elle est gérée, depuis 2013, par François Ros. Rencontre.

C’est dans un quartier aux allures de village, au cœur du cinquième arrondissement, que nous avons rencontré François Ros aux côtés de son frère, Ange.

Créée en 1867 par M. Larat, l’entreprise a été transmise de père en fils jusqu’au décès de Jean-Loup Larat, le dernier gérant de la famille, en 2013. C’est alors que François Ros, qui ne travaillait pas dans l’entreprise mais connaissait son propriétaire, a pris le relais.

Ils restaurent les portes de l’hôtel de ville

Initialement, l’atelier était installé plus haut dans le secteur. Ce n’est que dans les années 1920 qu’il s’est implanté au 10, rue François-Génin. Un emplacement de longue date qui devient aujourd’hui problématique.

« Nous nous sentons très bien dans le cinquième arrondissement, mais l’entreprise a pris de l’ampleur et les locaux actuels sont devenus un peu exigus, confie le gérant. Au niveau des infrastructures, c’est assez compliqué car les camions de livraison ne parviennent pas à rentrer dans la cour. »

Une seule solution : déménager. Mais pas trop loin, si possible. « L’idéal serait de rester dans l’ouest lyonnais, car c’est ici que se situe l’essentiel de notre clientèle. » En trois ans de gestion, François Ros peut se vanter d’avoir une clientèle fidèle et un bilan positif.

À ce jour, l’atelier compte douze employés à temps plein. Avec un chiffre d’affaires qui n’a cessé de croître et commence seulement à se stabiliser, l’entreprise œuvre sur des chantiers emblématiques, tels que la menuiserie du Palais de justice ou la restauration des portes de l’hôtel de ville.

Le chantier est prévu pour cet automne. Il s’agit, pour les artisans, de revoir les deux vantaux en noyer sculpté, placés du côté de la place des Terreaux, qui mesurent plus de 4 mètres de haut. Un palmarès qui a nécessité l’embauche d’Ange, le frère du gérant, pour l’aider à la gestion de ces travaux.

Aujourd’hui, l’entreprise se diversifie et se relance dans les chantiers de particuliers, laissés de côté par les anciens propriétaires, ainsi que dans la menuiserie PVC et la restauration de meubles.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?