Solidarité A la Croix-Rouge de Lyon 8, 108 familles bénéficient de vêtements et de nourritures

À la tête du pôle aide alimentaire à Lyon 8 e, Jean-Jacques Perraud a déjà 15 ans de bénévolat  à La Croix-Rouge derrière lui : « Par passion du contact humain. » / photo Yoann Terrasse
À la tête du pôle aide alimentaire à Lyon 8 e, Jean-Jacques Perraud a déjà 15 ans de bénévolat à La Croix-Rouge derrière lui : « Par passion du contact humain. » / photo Yoann Terrasse

Chaque semaine, Jean-Jacques Perraud, 67 ans, accueille 108 familles en difficulté dans les locaux de La Croix-Rouge dans le huitième arrondissement de Lyon.

Dans son bureau des locaux flambant neufs de La Croix-Rouge dans le huitième arrondissement de Lyon , il travaille sans relâche derrière son ordinateur.

« Je me suis engagé par passion »

« Je fais le compte de nos stocks d’aliments et de vêtements », annonce Jean-Jacques Perraud. C’est l’homme qui met de l’huile dans les rouages d’une association expérimentée, avec l’accueil hebdomadaire de 108 familles en difficultés sociales.

Sur le gilet de ce retraité de 67 ans, la célèbre croix rouge est bien mise en évidence. Comme une fierté d’appartenir à cette entité qui ne lésine pas sur les aides.

« Je me suis engagé par passion du contact humain », se souvient l’ex-employé d’EDF, qui affiche déjà quinze années de bénévolat au compteur. « J’ai choisi La Croix-Rouge en compagnie de plusieurs connaissances. » Une façon de rester entre amis, tout en donnant un sérieux coup de main à des familles en détresse.

Jean-Jacques Perraud a longtemps joué les confidents au sein du groupe accueil-écoute. Quinze ans plus tard, pas grand-chose n’a changé : cet habitant de Vénissieux est toujours sur la brèche pour fournir des vêtements et des repas aux personnes dans le besoin.

« Mais j’ai plus de tâches de gestion et d’administration. Je gère aussi la récupération de denrées auprès des supermarchés. Sur nos 108 familles, il y a de nombreux réfugiés demandeurs d’asile. Après leur passage à la préfecture, ils viennent nous voir. Leurs statuts sont différents : certains sont ici à cause de la guerre dans leur pays ou pour des motifs économiques. »

Des familles, le plus souvent déboussolées, marquées par la vie, qui trouvent refuge à La Croix-Rouge.

Une équipe de « fidèles » bénévoles

Jean-Jacques Perraud peut compter sur une équipe solide de bénévoles. « Et fidèle, ajoute le retraité. Tout le monde partage une même passion : rendre service. Des liens très forts se créent avec les familles. »

Il assure une présence quasi quotidienne à La Croix-Rouge : « Mon épouse ne me voit pas très souvent », glisse-t-il. Mais c’est pour la bonne cause : Jean-Jacques Perraud améliore le quotidien de nombreuses familles. Et il n’est pas encore prêt pour transmettre le flambeau.

Yoann Terrasse

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?