Circulation Périph’nord fermé : trafic congestionné sur l’agglo

Le Périphérique nord sera ouvert à la circulation qu’à partir du 29 août.  Photo Maxime JEGAT
Le Périphérique nord sera ouvert à la circulation qu’à partir du 29 août. Photo Maxime JEGAT
DEVIATION-PERIPHERIQUE-NORD-4-col-5-m.pdf
DEVIATION-PERIPHERIQUE-NORD-4-col-5-m.pdf
Le Périphérique nord sera ouvert à la circulation qu’à partir du 29 août.  Photo Maxime JEGAT DEVIATION-PERIPHERIQUE-NORD-4-col-5-m.pdf

Depuis le 15 juillet, le périphérique nord de Lyon est interdit dans les deux sens pendant six semaines. Les premiers gros bouchons sont apparus lundi.

L’information avait été diffusée par les panneaux à messages variables des grands axes de l’agglomération et dans la presse depuis plusieurs jours, mais des milliers d’automobilistes ont découvert lundi matin que le Périphérique nord était fermé dans les deux sens.

D’autres ont pu minimiser l’impact de la mesure ou tout simplement n’avaient pas d’autres choix que d’emprunter les itinéraires de déviation fléchés qui ont très vite été saturés. Résultat : d’énormes bouchons dans l’agglomération.

En fait, l’ouvrage qui fait l’objet de longs travaux engagés, pour la plupart la nuit, depuis fin janvier, pendant vingt-huit mois, a été interdit dans les deux sens de circulation de la porte du Valvert à celle de la Doua, depuis vendredi dernier.

Vivre sans Périph’nord jusqu’au 29 août

Cette neutralisation a commencé pendant le pont du 14-Juillet, ce qui a évité un impact trop fort sur la circulation… jusqu’à lundi matin. La fermeture concerne également le tunnel du quai Bellevue mais la voie de droite du viaduc du Rhône reste autorisée dans le sens Genève-Paris pour accéder aux sorties 4 (Caluire) et 5 (Rillieux-Miribel).

La métropole lyonnaise a commencé à se vider d’une partie de ses habitants mais ils sont encore nombreux à travailler et circuler en ce mois de juillet. Impossible en conséquence de se passer sans problème d’un ouvrage dont la section payante est empruntée par environ 54 000 véhicules/jour et le viaduc du Rhône par près de 91 000.

A l’ouest, le quartier de Vaise s’est donc retrouvé paralysé. La circulation était également très dense sur les quais du Rhône et de Saône. Les premiers sont l’une des conséquences majeures des itinéraires de déviation. Or d’autres travaux, comme ceux provoquant le rétrécissement de chaussée en deux points du quai Jules-Courmont, viennent aussi compliquer la tâche des conducteurs.

Au fur et à mesure que l’on va entrer dans la période la plus calme de l’été, la situation devrait s’améliorer. Encore que le trafic de transit estival, s’il se rapproche de l’agglomération, ne facilitera pas la fluidité des grands axes qui la traversent.

Les automobilistes doivent prendre leur mal en patience mais se préparer aussi à vivre de nouvelles difficultés importantes après le 15 août, période des premiers grands retours. Le Périphérique nord ne sera à nouveau en service que le 29 août au matin.

Le cours Lafayette, lui aussi, coupé

Lyon intra-muros, le gros chantier de l’été, concerne le cours Lafayette qui permet d’ordinaire de rejoindre la Part-Dieu depuis les quais du Rhône. Or, dans l’optique de soulager la ligne surchargée du C3, le Sytral réaménage actuellement le cours qui va perdre une de ses deux voies de circulation au profit d’un double site propre pour les bus.

Vu l’étroitesse de la chaussée, la portion entre le quai Sarrail et l’avenue de Saxe est donc totalement coupée. Et ce, jusqu’à fin novembre. Forcément, avec plus 16 000 véhicules comptabilisés au quotidien sur cette section, les bouchons sont inévitables quais Sarrail et Augagneur.

Il faut s’armer de patience si l’on s’engage sur l’itinéraire de déviation préconisé : la rue de Bonnel, puis avenue de Saxe pour rejoindre le 6e arrondissement où la rue de la Villette dans la direction de la Part-Dieu.

Pour se rendre à Villeurbanne, le Sytral conseille de prendre le quai Victor-Hugo, côté Presqu’île, puis traverser le fleuve quai de Serbie, avant de retrouver le boulevard Stalingrad via les rues Duquesne et Garibaldi. Tout un périple qui s’annonce déjà bien périlleux au retour des vacances.

François Samard

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?