Patrimoine Les noms des nouvelles rues du quartier de l’Industrie racontent le passé

La rue Félix-Mangini est l’axe principal du quartier.  Photo Dominique GOURAT La rue Félix Mangini est l'axe principal du quartier.  Photo Dominique Gourat
La rue Félix-Mangini est l’axe principal du quartier. Photo Dominique GOURAT La rue Félix Mangini est l'axe principal du quartier.  Photo Dominique Gourat

En choisissant les dénominations des nouvelles voies de ce quartier, en pleine mutation, la Ville tient à se souvenir des acteurs de son histoire.

Sur ce territoire de dix hectares, autrefois zone urbaine industrielle qui accueillait inventeurs et entreprises innovantes, les aménagements en cours conjuguent tertiaire, loisirs, commerces et habitat. Tous les chantiers devraient être livrés fin 2020.

De nouvelles voies créées

Une géographie urbaine a été définie, faisant apparaître de nouvelles voies de circulation. C’est sur proposition du maire de l’arrondissement, du Conseil de quartier et du Comité de défense du quartier de l’Industrie que ces rues ont été baptisées dans le cadre du programme d’aménagement.

Leurs dénominations rendent hommage à des personnalités remarquables et les inscrivent dans la mémoire collective.

La rue Félix-Mangini

Parallèle au quai de Saône et à la rue Joannès-Carret, elle traverse l’ensemble du quartier. Ingénieur ferroviaire, Félix Mangini a dirigé les travaux de chemin de fer entre Lyon et Montbrison. Il est également le fondateur du sanatorium d’Hauteville, destiné à soigner les habitants de la région lyonnaise atteints de tuberculose, et le créateur des “Logements économiques du Rhône”, devenus l’Opac.

La rue Plasson- et-Chaize

Elle relie la rue Joannès-Carret à la rue Félix-Mangini.

Plasson et Chaize ont été les créateurs, en 1862, des premiers bateaux-omnibus, les “Bateaux Mouches”, et ils ont exploité, dès 1867, une ligne de transport fluvial entre La Mulatière et Vaise, la Compagnie des Bateaux Mouches.

La rue Henri-Lafoy

Elle permet de relier la rue Mangini au quai Paul-Sédaillan.

Directeur du Consortium du papier peint, Henry Lafoy a fait l’acquisition du château de La Duchère en 1942, où il a employé fictivement des ouvriers agricoles pour les soustraire au service du travail obligatoire (STO), et également hébergé des familles juives. Pour cela, il a reçu le titre de Juste parmi les Nations.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?