Sécurité Routière Moins de morts et de blessés sur les routes lors du premier semestre

Vingt-trois personnes ont trouvé la mort sur les routes en 2016.  Photo D. R.
Vingt-trois personnes ont trouvé la mort sur les routes en 2016. Photo D. R.

Les six premiers mois de l’année ont été moins meurtriers qu’en 2015 : 23 tués au lieu de 27. Parmi les victimes, une hausse très nette du nombre de piétons.

Le bilan repart à la baisse

Alors que le nombre de tués sur les routes avait diminué de moitié entre 2009 et 2013, passant de 77 à 37, ce chiffre était nettement reparti à la hausse en 2014 (48) et surtout 2015 (69), une année noire. L’hémorragie a été stoppée : depuis le début de l’année, 23 personnes ont perdu la vie. C’est quatre de moins que l’an dernier à la même époque. Le mois de mai 2016, avec sept victimes, a été le plus meurtrier.

La tendance est identique quant aux accidents corporels qui ont diminué de 13 %. Il s’en est produit 942, soit un peu plus de 5 par jour en moyenne. Ils ont également été moins graves : le nombre de blessés (1 158) est en baisse de 15 %, tandis que le nombre de blessés hospitalisés (136) diminue de 40 %.

Moins d’automobilistes…

Sur les 23 victimes de 2016, huit sont des automobilistes. C’est deux fois moins que l’an dernier à la même époque. Les deux-roues continuent de payer un lourd tribut : un cycliste, deux cyclomotoristes, et quatre motards ont perdu la vie.

… mais plus de piétons

C’est l’un des enseignements de ce premier semestre : 7 piétons ont été tués. Trois de plus que l’an dernier à la même époque. Avec une majorité de personnes très âgées parmi ces victimes.

Jamais de fatalité

Parmi les 23 morts se trouvait le pilote d’une motocross non homologuée qui circulait la nuit sur une autoroute, tous feux éteints. Cet exemple illustre l’absence de fatalité que l’on retrouve dans la totalité des accidents mortels. La première cause reste un refus de priorité provoqué par l’inattention. L’alcool et les stupéfiants demeurent des facteurs préoccupants : ils ont été la cause de 5 des 7 accidents mortels qui ont eu lieu la nuit.

Les premières victimes sont les jeunes

Insouciance, manque d’expérience ? Les jeunes risquent deux fois plus leur vie que les autres catégories de population. Dans le Rhône, 10 des 23 victimes sont âgées de moins de 35 ans. Les personnes âgées de plus de 60 ans, qui comptent parmi elles beaucoup de piétons plus vulnérables dans une grosse agglomération, suivent de peu avec neuf victimes.

Gare à l’été meurtrier

L’été 2015 avait été dramatique pour la mortalité routière dans le Rhône. Même si les grands départs ne sont pas forcément accidentogènes, le bureau de sécurité routière rappelle quelques règles élémentaires de sécurité : les distances de sécurité, le risque de somnolence, l’usage du téléphone. Mais ce sont surtout la fête et les dangers de l’alcool, plus importants l’été, qui préoccupent. La règle est simple : celui qui conduit ne boit pas.

Xavier Breuil

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?