Voies ferrées Un appel d’offres pour rénover des rames SNCF : c’est une première

Photo d’illustration  Jean-Pierre BALFIN
Photo d’illustration Jean-Pierre BALFIN

La Région a réussi à faire plier la SNCF pour la rénovation dite “à mi-vie” de 16 rames. Pour la première fois, il y aura un appel d’offres. C’est dire que la société nationale court le risque – très important –, de ne pas obtenir le marché. Le président du conseil régional, Laurent Wauquiez, ne cache pas que le marché reviendra à la société clermontoise ACC.

Au nom de la “préférence régionale”

Quitte à bousculer un peu le code des marchés publics. Il relève qu’il a le droit de présenter un prototype à une entreprise (ACC en l’occurrence) concourant à l’appel d’offres pour qu’elle puisse mieux préparer son dossier.

« Ce sont 300 emplois qui sont en cause, les salariés d’ACC seront heureux d’apprendre votre opposition », lance le président à la gauche en appelant à la « préférence régionale ».

Ce qui lui attirera cette remarque ironique du FN Alain Breuil : « Nous sommes pour la préférence nationale, vous régionale. Entre les deux, il n’y a que l’espace d’un papier à cigarette, un petit effort et vous nous rejoignez ».

Le socialiste Christian Dupessy reproche au président du conseil régional d’annoncer par avance cette préférence : « C’est un coup politique. Quand on annonce le résultat d’un marché public avant de le lancer, on joue avec la situation économique d’un territoire pour se mettre en valeur personnellement.

Car on fragilise son propre appel d’offres et l’entreprise concernée en ouvrant des voies de recours ». La PRG Ludivine Piantoni dit son « inquiétude devant l’invention de M. Wauquiez : passer un marché orienté ».

M.R-P.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?