Design en mobilier Sylvain Charpiot : « L’impression 3D m’a ouvert de nouvelles perspectives »

Un siège réalisé grâce à l’imprimante 3D.  Photo L. PONSONNET
Un siège réalisé grâce à l’imprimante 3D. Photo L. PONSONNET

Rencontre avec cet ingénieur qui a créé une start-up capable de créer du mobilier à la demande, grâce à une imprimante 3D qu’il a lui-même conçue

Avez-vous toujours eu envie de créer des objets ?

« J’ai suivi des études d’ingénieur mais je me suis toujours intéressé à la création, au design. J’ai fait les Arts et Métiers à Cluny. Puis j’ai commencé ma carrière en République Tchèque et ensuite en Asie où j’ai installé une usine de production de tubes aérosol. Ensuite j’en ai développé une autre spécialisée dans la taille des diamants. À 32 ans, je me suis installé à mon compte dans le conseil aux entreprises. Mais l’impression 3D commençait à prendre de l’ampleur et m’a ouvert de nouvelles perspectives. »

De quelle manière ?

« J’ai créé Galatéa, une imprimante 3D géante qui m’a ouvert la voie vers le design, en me permettant de fabriquer du mobilier à la demande et donc de lancer ma start-up. Drawn n’aurait pas vu le jour sans Galatéa, résultat de deux années de recherche. »

Quelles sont les spécificités de cette imprimante ?

« Elle est un concentré de technologies européennes et imprime en 3D les créations que je sélectionne de designers avant-gardistes. Elle pèse 2 tonnes et mesure 2,55 m. Il lui est donc aisé de créer du mobilier ludique et des objets décoratifs, personnalisables et à prix abordables. C’est un outil rare et, d’ailleurs, ma start-up a été récompensée lors du dernier concours de l’innovation Artinov de la Chambre de métiers et de l’Artisanat du Rhône (catégorie technologie). Le matériau que j’utilise résiste à l’eau. Concerné par le développement durable, je trouve des filières de matières recyclées. »

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?