Musique La jeunesse dorée du piano réunie lors d’un concours international

Cinquante-quatre candidats brigueront la victoire finale, mardi.  Photo d’archives Eric BAULE
Cinquante-quatre candidats brigueront la victoire finale, mardi. Photo d’archives Eric BAULE

Pour la huitième année consécutive, l’association Grand prix international de piano de Lyon organise un concours international de piano, de samedi à mardi.

Lyon se plaît à apprécier la culture, et celle-ci le lui rend bien, en témoigne l’organisation, depuis hier samedi et jusqu’à mardi, d’un concours international de piano. Le public, qui remplit généralement les moindres gradins du Conservatoire national de musique lors de la finale, se voit de nouveau proposer un panel de jeunes talents, « dont plus de la moitié sont déjà concertistes et auréolés de plusieurs prix », selon les dires des organisateurs.

Les 54 candidats sélectionnés ont dû déjà passer l’écueil d’une première sélection, ne laissant aux amateurs lyonnais, que le gotha du piano.

Six Français en compétition

Bien que la moitié d’entre eux viennent d’Extrême-Orient, le concours laisse libre cours aux virtuoses français, dont le représentant local, le Lyonnais Benjamin d’Anfray, coup de cœur du jury l’an passé.

Ce dernier est d’ailleurs présidé par le maestro russe Dimitri Bashkirov, qui fut enseignant dans des conservatoires prestigieux à Moscou comme à Madrid.

Outre la victoire finale, l’enjeu est de taille pour les candidats, puisque de nombreux organisateurs de soirée assistent aux représentations, avec l’intention de recruter les meilleurs éléments. Sans oublier : qui va piano va sano…

Pratique Entrée libre, tenue correcte exigée. Premier tour et demi-finale jusqu’à lundi salle Debussy (4, montée Cardinal-Decourtray, Lyon 5e ). Finale mardi à partir de 9 heures, suivie de la soirée de gala à 20 heures au Conservatoire national, à Lyon 9e.

Morgan Couturier

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?