Initiative Proxidon, une solution contre le gaspillage alimentaire

Il est plus facile de réceptionner les dons venant des grandes enseignes.   Photo d’archives Yves FLAMMIN
Il est plus facile de réceptionner les dons venant des grandes enseignes. Photo d’archives Yves FLAMMIN

C’est une plateforme Internet de dons de denrées alimentaires. Le principe ? Les associations se rendent elles-mêmes chez les commerçants.

Depuis le 15 juin, une vingtaine de commerçants se sont inscrits sur la plateforme de dons de denrées alimentaires, Proxidon. Proposée par la Banque alimentaire du Rhône, celle-ci met en lien les petits commerçants et des associations de solidarité, géographiquement proches d’eux.

Une alerte par mail ou par SMS

Sur la plateforme, le commerçant indique la nature et la quantité de denrées alimentaires – propres à la consommation – qu’il souhaite donner. Les associations inscrites dans un rayon de 1,5 km reçoivent alors un mail ou un SMS leur signalant que des dons sont disponibles. Elles peuvent alors se positionner pour aller chercher ce dont elles ont besoin.

Pour des raisons de logistique, il était jusque-là difficile aux bénévoles de la Banque alimentaire du Rhône d’accepter et redistribuer des dons de petites quantités. Or, supprimer un intermédiaire permet d’intégrer les petites structures, associations et commerces, dans cette démarche.

« Nous avons peu de moyens », explique-t-on du côté de Basiliade. Si cette association adhère à la Banque alimentaire du Rhône depuis plusieurs années, il était compliqué, pour ses bénévoles, de se rendre dans les locaux de la Banque alimentaire pour réceptionner les dons. Christophe Piekny, membre de l’association, s’est rendu pour la première fois chez un boulanger, « juste à côté de nos locaux », pour réceptionner un lot de viennoiseries. « Nous avons pu en congeler une partie, comme ça nous le distribuerons à nos adhérents, qui, pour certains, vivent dans une très grande précarité. »

La loi impose aux commerces de recycler les invendus

De son côté, Dimitri Marcassus a souhaité, dès l’ouverture de sa franchise Carrefour city, à Villeurbanne, s’associer à la Banque alimentaire, via Proxidon. « Aujourd’hui, nous avons tout intérêt à utiliser des services modernes comme celui-ci, affirme-t-il. Je préfère que ces produits servent à des gens qui en ont besoin, plutôt que cela nourrisse les poubelles. » Selon lui, il s’agit aussi d’un atout pour le magasin. « Carrefour city est l’une des dernières enseignes à retirer ses articles des rayons le jour de la date limite de consommation. Proxidon nous les fait retirer à J-2. Cela donne ainsi une image plus sympathique aux clients. »

Dans moins d’un an, tous les commerces dont la surface de vente est supérieure à 400 m² devront être conventionnés avec une association, chargée de réceptionner les denrées alimentaires invendues mais consommables. C’est ce que prévoit la loi Garot, promulguée le 11 février dernier, et visant à réduire le gaspillage alimentaire.

Quelques chiffres

750 000 tonnes de denrées alimentaires encore consommables sont jetées chaque année en France.

5 000 tonnes de dons alimentaires sont reçus par la Banque alimentaire du Rhône. Parmi les donateurs, il y a des industriels, des grandes surfaces, des agriculteurs, mais aussi des particuliers, ainsi que les aides apportées par la France et l’Europe.

Dans le Rhône, la Banque alimentaire redistribue les denrées à 125 associations et centres communaux et sociaux partenaires.

Avec Proxidon, la Banque alimentaire du Rhône espère collecter 900 tonnes de denrées supplémentaires par an, soit 1,8 million de repas.

La Banque alimentaire du Rhône aide 30 000 personnes à se nourrir.

J.V.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?