Stationnement Lyon Parc Auto remplit ses parkings et se diversifie

Le parking de la Fosse-aux-Ours a trouvé sa clientèle.  Photo archives  Philippe JUSTE
Le parking de la Fosse-aux-Ours a trouvé sa clientèle. Photo archives Philippe JUSTE

Lyon Parc Auto affiche une belle santé financière. Ses parkings ont enregistré 240 000 passages supplémentaires en 2015. LPA veut développer son activité liée à la logistique urbaine.

Résultat net de 3,8 millions € en 2015

« Lyon Parc Auto (LPA) est une entreprise saine en très bonne santé » : Louis Pelaez, le président de la société d’économie mixte qui gère 32 parcs de stationnement et plus de 38 000 places sur voirie, présente avec une grande satisfaction les comptes 2015. Le chiffre d’affaires est de 56 millions d’euros, soit une augmentation de 5 % par rapport à l’année précédente. Le résultat net est de 3,8 M€ et la capacité d’autofinancement de 22 M€. De quoi permettre à la société de nourrir des ambitions de développement et d’envisager le stationnement et la mobilité du futur. La structure a recruté un directeur de la recherche et du développement dans cet objectif.

Fréquentation des parkings en hausse

En 2015, l’activité des parcs de stationnement a augmenté de 240 000 passages. Celle-ci est portée essentiellement par l’accroissement de la fréquentation de parkings dont la construction avait été anticipée comme Tony-Garnier et Fosse-aux-Ours. Le parking P1 de l’aéroport Saint-Exupéry (dont la fréquentation est en hausse de 6 %) représente, avec ses 2 000 places à lui seul, 6 M€ de chiffre d’affaires.

Les projets de parcs

LPA construit actuellement le parc Saint-Antoine et métamorphose celui des Halles. La société se positionne aussi pour gérer le parking mutualisé en cours de construction près du quai Perrache à la Confluence, mais aussi celui de place Béraudier, devant la gare de la Part-Dieu, et d’un parking envisagé en extérieur près des Docks à Confluence.

Partenariat avec Copark pour exploiter des places privées

LPA vient de signer un accord de partenariat exclusif avec la start-up lyonnaise Copark. Celle-ci a élaboré un dispositif sophistiqué reposant sur une application pour smartphone permettant de louer les places disponibles des parkings de grandes entreprises ou administrations. Avec leur accord bien sûr et une rétribution lors des locations. LPA va mettre toute sa puissance pour développer le concept dans la métropole lyonnaise et permettre à la start-up de l’exporter dans d’autres villes.

Nouveau type de location Citiz

Les clients de l’autopartage Citiz-LPA doivent restituer le véhicule dans la même station que celle où ils l’ont prise en mains. Début 2017, l’entreprise veut tester avec une vingtaine de nouveaux véhicules le « free floating » qui permet d’utiliser une voiture sans revenir à la case départ.

Acteur de la logistique urbaine

« Le développement de la logistique urbaine est un défi des grandes métropoles », constate Louis Pelaez qui veut faire de LPA le leader de l’immobilier de cette logistique à Lyon. Le principe consiste à « massifier les flux de marchandises » dans un espace pour les distribuer ensuite de manière plus économique et écologique. LPA exploite un tel espace au parc Cordeliers. Elle a des projets voisins dans ceux des Halles et P2 de la Cité internationale, mais est prête aussi à construire de nouveaux espaces en souterrain dans l’agglomération.

Lyon Parc Auto va expérimenter la location de scooters électriques.

Louis Pelaez, son président, a annoncé qu’elle sera lancée mi-juillet mais devrait véritablement décoller en septembre. Dix scooters au total, seront proposés à la location et répartis dans les parkings des Halles, gare Part-Dieu et Terreaux. Ce test permettra notamment de s’assurer que le scooter en partage n’est pas une source d’accidentologie. Des exemples parisiens tendent à démontrer qu’il n’entraîne pas plus d’accidents que la pratique du vélo. LPA proposera à ses clients une initiation gratuite en auto-école. Sur un plan réglementaire, les conditions d’utilisation de ces scooters électriques sont identiques à celles des moins de 50 cm³ thermiques.

François Samard

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?