Petite Enfance La crèche municipale Quivogne fêtent ses 100ans

Une centenaire joyeusement fêtée pendant deux heures par des participants enthousiastes.  Photo Jean GARAVEL Un centenaire qui a été joyeusement fêté pendant deux heures par des participants enthousiastes.  Photo Jean Alain GARAVEL
Une centenaire joyeusement fêtée pendant deux heures par des participants enthousiastes. Photo Jean GARAVEL Un centenaire qui a été joyeusement fêté pendant deux heures par des participants enthousiastes.  Photo Jean Alain GARAVEL

Toujours en activité sur Perrache, c'est la deuxième plus ancienne crèche municipale de la Ville.

Honneur rarissime, vendredi 24 juin, à partir de 17 heures, la portion de la rue Ravat a été temporairement coupée à la circulation devant la cours de récréation de la crèche municipale de la rue Quivogne pour fêter son centenaire.

Heureux de se retrouver pour un tel événement, élus, personnels de la crèche Quivogne, parents et enfants la fréquentant ou anciens, ont fait connaissance et échangé des souvenirs avant de se désaltérer et de savourer des douceurs.

« Nous tenions à marquer le coup du centenaire de l’établissement », a indiqué Denis Broliquier, maire de l’arrondissement, « étonné qu’il y ait des établissements centenaires » et satisfait « que cette crèche soit la deuxième crèche la plus ancienne de la ville ». « Nous n’avons pas beaucoup d’éléments sur l’histoire de la crèche, qui ne possède pas les locaux les plus modernes, mais qui a fait l’objet de beaucoup de travaux et qui en connaîtra encore durant les mois à venir », a précisé l’édile.

« En 1915, c’était Verdun, et la ville de Lyon pensait déjà au bien-être de ses petits », a rappelé Blandine Reynaud, en charge de la petite enfance à la Ville. « Une époque que l’on a du mal à imaginer, où les crèches accueillaient alors les enfants des familles pauvres et dont le personnel veillait surtout sur leur santé en se substituant aux parents. Désormais, l’enfant est reconnu comme une personne qui vit des émotions et nous nous chargeons de l’éducation », assure Emmanuelle Breuil, la directrice actuelle.

Des propos confirmés par Albane et Enguerrand Thomas, résidant rue Sainte-Hélène, parents d’Elvire, âgée de 2 ans, pour qui « ici, il y a un esprit de quartier sympathique et accueillant ». De quoi réjouir les neux agents qui gèrent 22 berceaux et prennent soin de 37 enfants âgés de deux mois et demi jusqu’à leur entrée à l’école. L’occasion pour tous de découvrir la vie de la crèche pendant les années 60-70 avec les photos apportées par Suzanne et Henri Kuntz, les explications d’Édith et Paul Raveaud, parents d’enfants ayant vécu ici, ou de Mylène Horny, ex-auxiliaire puéricultrice ayant travaillé de 1980 à 1998, avant d’être reconvertie en hôtesse d’accueil aux Archives municipales.

De notre correspondant local Jean Alain Garavel

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?