LOISIRS Les boîtes à lire s’imposent en ville

La boîte à lire place Guichard a été créée pour favoriser le lien intergénérationnel.  Photo DR
La boîte à lire place Guichard a été créée pour favoriser le lien intergénérationnel. Photo DR

Elles sont en bois, en métal, colorées ou plus discrètes : les boîtes à lire se multiplient sur la commune, pour impulser l’idée de la lecture et rendre les livres plus accessibles.

Au pied de la maison des associations, rue Benoît-Bernard dans le 8e arrondissement, trône une bibliothèque de bois et de plexiglas. Sur le côté, une affiche prévient : « Ne m’achetez pas, ne me vendez pas ! Échangez-moi contre un autre livre. »

Simplifier l’accès à la culture

Depuis un peu plus d’un an, cette bibliothèque en libre-service ravit les usagers du quartier. À l’image de Rafik, un retraité de 65 ans : « Tous les livres ne me plaisent pas, mais j’en prends deux chaque semaine, que je ramène. Parfois, on trouve des signets dans les pages, avec des petits mots. » Car l’ambition de l’association Rezo 1901, qui l’a installée, était de fédérer le quartier. « Il y a très peu d’acteurs culturels, regrette Margaux Dumont, en service civique au sein de l’association. Cela manquait dans le quartier, alors que les gens aiment lire. »

La structure a bénéficié, pour le lancement de la bibliothèque, d’un fonds de livres, donnés par le Fonds Decitre, l’un des précurseurs dans le domaine de la lecture en libre-service. « La vocation du Fonds Decitre est de combler un manque de lecture et de culture », explique Agathe Gros, chargée de projets. Si « certains quartiers de Lyon pourraient se prêter à l’installation de nos boîtes à lire », la fondation s’est pour l’instant cantonnée aux communes comme Vénissieux, Saint-Fons, Brignais, Tassin. « Des municipalités comme Annecy, Annœullin (Nord-Pas-de-Calais) nous ont contactés pour installer nos boîtes. »

A l’image de la boîte à lire trônant sur la place Guichard (Lyon 3e ), les habitants sont souvent les instigateurs des projets comme celui-ci. « Au sein de la commission intergénération du conseil, on s’interrogeait sur une façon de créer du lien entre jeunes et moins jeunes, explique Stéphanie Cagni, présidente du conseil de quartier Mutualité-Préfecture-Moncey (Lyon 3e ). Nous nous sommes rendu compte que le livre est un bon outil pour ça. » En décembre dernier, la boîte est inaugurée. « Au début, les gens ne comprenaient pas trop le concept, le côté gratuit, mais aussi l’échange. Et puis, finalement, ça a pris. » Le conseil de quartier met tout en œuvre pour que la boîte à lire soit une partie intégrante du paysage : « On organise, chaque premier mercredi du mois, des lectures sur un certain thème. En général, les plus âgés lisent aux plus jeunes. »

Dans le 1er arrondissement, une boîte a été inaugurée en mai, place Morel. Quatre autres devraient être posées dans l’arrondissement d’ici à cet été. Une autre est en cours de réflexion par le conseil de quartier de Gerland (Lyon 7e ), tandis que la médiathèque espère inaugurer sa propre boîte à la mi-juillet.

Julie Voisin julie.voisin@leprogres.fr

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?