Transports Cyclistes boulevard Pinel : attention, le danger peut être au croisement

Caméra embarquée sur le casque, Benjamin manque de se faire renverser sur la piste cyclable.  Capture d’écran
Caméra embarquée sur le casque, Benjamin manque de se faire renverser sur la piste cyclable. Capture d’écran
RESPECT-PRIORITE-CYCLISTE-MERMOZ-PINEL.pdf
RESPECT-PRIORITE-CYCLISTE-MERMOZ-PINEL.pdf
Caméra embarquée sur le casque, Benjamin manque de se faire renverser sur la piste cyclable.  Capture d’écran RESPECT-PRIORITE-CYCLISTE-MERMOZ-PINEL.pdf

Les déplacements à vélo sont en plein essor dans l’agglomération lyonnaise. Pourtant, un lecteur nous a alertés sur le peu de contrôles et les risques qu’encourent les deux roues sur le boulevard Pinel.

« J’ai remarqué que depuis plus de deux ans, en raison des installations massives des radars automatiques, il n’y a plus de contrôle de sécurité routière, même dans les zones accidentogènes ou dangereuses. »

Ce constat amer est posé par Benjamin, cycliste de la Métropole, qui, exaspéré par le non-respect des pistes cyclables, a mené sa propre enquête. Pour le cycliste, « les deux roues ne sont pas assez sécurisées : non-respect des priorités de la part des conducteurs et manque de contrôle » sont pointés du doigt. Un lieu symbolise ce manque de considération apporté aux deux roues : le boulevard Pinel.

Des vidéos attestent du danger

A chaque intersection du boulevard des Galeries Lafayettes, la piste cyclable est prioritaire. Pourtant, les véhicules refusent la priorité aux cyclistes « obligés de freiner pour éviter une collision », indique Benjamin. Il déplore que malgré de nombreux avertissements, « rien n’ait été fait. Le code de la route n’est pas respecté. On encourt un risque imminent d’accident mortel. » Pour attester de ses propos, le cycliste s’est mis en condition. Il a réalisé des vidéos, avec une caméra frontale, pour démontrer les dangers encourus par les piétons et les cyclistes sur cet axe.

Sur ces courtes images, tournées entre Bron et Vénissieux, on constate que la situation des cyclistes est compliquée et que le klaxon de Benjamin fonctionne à plein régime. Les freins de son vélo aussi, pour éviter de rentrer dans une voiture, alors même que la piste cyclable est prioritaire sur cette portion. « A la sortie Mermoz, le guidon de mon vélo a été heurté par le rétroviseur d’un véhicule qui a refusé la priorité. La zone est limitée à 30 km/h, mais le chauffard allait bien plus vite. » L’ensemble des enquêtes de Benjamin se trouvent sur le site internet citylity. Pour lui, « radars, feux rouges et contrôles », sont la solution. Pour l’association lyonnaise La Ville à Vélo, ce cas est loin d’être isolé…

Ken Fernandez

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?