Start-up IndiTicket, la start-up lyonnaise qui rachète cash vos places de concert

Au départ axé "scènes locales", IndiTicket s'étend petit à petit aux concerts et festivals dans la France entière, avant d'agrandir son offre à l'Europe puis à l'international. / Photo Rémy Perrin
Au départ axé "scènes locales", IndiTicket s'étend petit à petit aux concerts et festivals dans la France entière, avant d'agrandir son offre à l'Europe puis à l'international. / Photo Rémy Perrin
Loann Delgado, ex-organisateur de spectacles et Simon Garnier, informaticien, ont mixé leurs compétences pour créer leur plateforme IndiTicket, en ligne depuis janvier. / Photo Marion Saive
Loann Delgado, ex-organisateur de spectacles et Simon Garnier, informaticien, ont mixé leurs compétences pour créer leur plateforme IndiTicket, en ligne depuis janvier. / Photo Marion Saive
Au départ axé "scènes locales", IndiTicket s'étend petit à petit aux concerts et festivals dans la France entière, avant d'agrandir son offre à l'Europe puis à l'international. / Photo Rémy Perrin Loann Delgado, ex-organisateur de spectacles et Simon Garnier, informaticien, ont mixé leurs compétences pour créer leur plateforme IndiTicket, en ligne depuis janvier. / Photo Marion Saive

Depuis janvier, la plateforme Inditicket, sorte de billetterie en ligne de seconde main, rachète les billets de spectacles auxquels vous ne pouvez plus aller et les remet en vente sur son site. Dans tous les cas vous êtes payés, acheteurs trouvés ou non. Derrière cette start-up vieille de six mois, un ex-organisateur de spectacles et un informaticien qui ont su mixer leurs compétences.

 Si vous aviez eu connaissance d’IndiTicket plus tôt, vous auriez pu faire partie des 55 000 spectateurs au concert de Coldplay au Parc OL, début juin. Car cette billetterie de seconde main a revendu quelques précieux tickets aux fans du groupe pop rock britannique, alors que ledit concert affichait « sold out ».

Actuellement sur la plateforme en ligne, un ticket pour le Main Square Festival d’Arras à 46 euros au lieu de 54, deux places pour le concert des Guns N’Roses le 7 juillet au stade de France à 52 euros, ou encore un billet pour le festival Musilac d’Aix-les-Bains à 53 euros au lieu de 59.

En moyenne, 6% des places de concert achetées ne sont pas utilisées

Derrière ce concept de « billetterie d’occas’ », deux Ardéchois : Loann Delgado, ex-organisateur de spectacles, et Simon Garnier, informaticien. Les deux potes du lycée ont mixé leurs compétences pour créer leur start-up, IndiTicket (pour billetterie indépendante). Repérés au concours Lyon Start-Up, ils ont rejoint 1Kubator, un incubateur basé dans le 3e arrondissement de Lyon, en septembre.

Les deux compères sont partis d’un constat : en moyenne, sur la totalité des places de concerts, 10 % des billets sont revendus et 6% des billets achetés ne sont, au final, jamais utilisés, perdus dans la nature. C’est pour pallier ce manque à gagner, et permettre à d’autres personnes de profiter de places de concert à prix réduits (la loi fixe comme tarif maximal la valeur faciale du ticket, soit celle inscrite sur ledit billet) que ces adeptes de festivals ont lancé la plateforme IndiTicket, active depuis janvier.

« Si t’as un billet à revendre, on te le paye cash, même si ta place ne trouve pas preneur »

L’idée est simple : une personne achète un billet de concert. Après coup, celle-ci s’aperçoit qu’elle ne peut pas (ou plus) assister au spectacle. Plutôt qu’elle ne se serve pas du billet et perde son argent, elle le poste sur IndiTicket. La plateforme lui propose de racheter sa place à un « prix juste » (calculé grâce à un algorithme qui prend en compte la popularité de l’artiste et de la salle de concert où il se produit, le nombre de personnes qui ont indiqué assister à l’événement sur les réseaux sociaux et le temps restant avant le spectacle) et de la remettre en vente sur le site. En bref, « si t’as un billet à revendre, on te le paye cash, même si ta place ne trouve pas preneur », résume Simon. Et ce, même une minute avant le début du spectacle. Voire après qu’il a commencé.

De prime abord, rien de bien innovant, les billetteries en ligne qui resoldent les places de concert existent depuis un moment. Pas celles qui prennent à leur charge le risque d’invendu : IndiTicket est la seule à proposer ce service. Cette garantie financière s’avère payante : Loann et Simon comptabilisent seulement 3% d’invendus sur les centaines de billets rachetés. « On a toujours la possibilité de brader les tickets quand ils ont du mal à partir. Et grâce aux bénéfices réalisés sur les autres places de concerts – le billet est vendu en moyenne 10 % plus cher que son prix d’achat-, on est gagnants. »

Plus de 1000 utilisateurs inscrits après six mois d'activité

Après six mois d’activité, Loann et Simon affichent des chiffres encourageants : 1000 utilisateurs inscrits, 20 000 visiteurs uniques au total et plus de 30 000 abonnés sur leur page Facebook. Au fil des semaines, les stats ne cessent de grimper. D’ici la fin de l’année, ils espèrent lever 200 000 euros de fonds d’investissement, et recruter quatre salariés, business développeurs et informaticiens.

Des salles locales telles que Le Sucre, Le Transbordeur, Ninkasi, engagées aux côtés d’IndiTicket, assoient la confiance de la plateforme auprès de leur clientèle locale. Au départ centrés sur les festivals de musique à Lyon et en région Auvergne Rhône-Alpes (ils procèdent étape par étape, un modèle économique de type « seconde main » provoquant généralement quelques réticences de la part du public), Loann et Simon prévoient d’étendre leur concept dans la France entière, en Europe, et à l’International. Et de proposer, en plus des tickets de concerts, des places de théâtre ou d’événements sportifs.

Premiers avertis des « bons plans musicaux », les start-uppeurs festivaliers avouent être passés plusieurs fois par leur plateforme pour réserver des places de concert. On n’est jamais mieux servis que par soi-même.

 

IndiTicket, 59, rue de l'Abondance, Lyon 3e. Tél. 06 60 63 14 16. Site Internet / Billetterie : ici.

Concrètement, sur IndiTicket, comment ça marche ?

- Côté revendeurs, il vous suffit de chercher votre spectacle dans la barre de recherche de la plateforme. Un prix de rachat du billet vous est proposé. Si vous l’acceptez, il ne vous reste plus qu’à télécharger le billet. Fini. Une fois que le concert a eu lieu, votre compte utilisateur est crédité de la somme convenue. A vous d’en faire ce que vous voulez : soit la virer sur votre compte bancaire, soit la réutiliser pour racheter une place de concert sur IndiTicket.

- Côté acheteurs, si le billet du concert souhaité n’est pas disponible sur le site, il vous reste la possibilité de vous inscrire aux alertes pour être prévenus, si jamais un revendeur venait à le proposer par la suite.  

Marion Saive (marion.saive@leprogres.fr)

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Les commentaires sont clos.