Loisirs Le magicien Arribart donne des cours du soir

Wassim, Mattéo, Guilhem, Grégoire et Georges regardent attentivement le tour de magie présenté par leur professeur. / Photo Marion Saive
Wassim, Mattéo, Guilhem, Grégoire et Georges regardent attentivement le tour de magie présenté par leur professeur. / Photo Marion Saive

En plus de ses shows et prestations privées, l'étudiant en commerce s'est lancé un nouveau défi. Tous les jeudis soir depuis octobre, le magicien accueille une dizaine d'élèves dans un petit local du 6e arrondissement de Lyon.

Quand on contacte le magicien William Arribart, on tombe sur une voix mature, distincte et posée. Celle-là même qui accueille tout sourire ses élèves, jeudi soir, dans le local adjacent au Théâtre du Gai Savoir.

Des cours d'une heure, un soir par semaine

Chaussures pointues, jean, chemise et veste de costume au bouton du haut fermé, Guillaume Arribart de son vrai nom, fait illusion de son jeune âge. A 19 ans, l’étudiant jongle entre ses cours à l’école de commerce - il est en 3e année à l’Esdes -, ses animations pour les associations, groupes scolaires et entreprises privées, ses shows sur scène et ses leçons de magie. Le jeune homme, qui pratique depuis douze ans (il a produit son premier spectacle à 13 ans à la MJC de Monplaisir, envoyant un e-mail si bien formulé que les programmateurs l’avaient booké, et étaient restés scotchés quand ils ont vu débarquer le gamin sur scène), s’est lancé un nouveau défi. Faisant fi des avertissements et semblants de jalousie, il a ouvert son école de magie en octobre. Des cours d’une heure, dispensés un soir par semaine à une dizaine d’élèves débutants, répartis en deux groupes d’âges.

Le professeur explique point par point le déroulement du tour de magie. / Photo Marion Saive
Le professeur explique point par point le déroulement du tour de magie. / Photo Marion Saive

Rideaux tirés, le cours peut commencer

Jeudi, 18 heures, horaire des plus jeunes. Le professeur, grande tige au nez en trompette, débarrasse Georges de son cartable. Le garçon à la voix fluette de 9 ans rejoint Guilhem, le doyen du groupe, veste de smoking noire des pros sur le dos, Grégoire, Mattéo et Wassim autour de la table nappée noire. Un paquet de cartes est disposé devant chacun d'eux. Guillaume tire les rideaux de la salle qui donne sur la rue des Charmettes, « pour plus d’intimité ». Pas question de dévoiler les secrets des numéros répétés ici (on a promis de ne rien révéler). Le cours peut commencer.

Cette semaine, le professeur leur propose d’apprendre « le tour signature ». Il l’exécute une première fois, puis le décompose en plusieurs étapes avec rappel des techniques employées (« levée double », « forçage », « break »...). Les élèves l’imitent, recommencent, encore et encore. Tantôt grand-frère, Guillaume taquine ses disciples magiciens : « Tout ça pour te la péter », dit-il à Wassim qui demande à mélanger les cartes pour épater les copains. Tantôt maître d'école, il rétablit l’ordre : « Un peu d'attention, messieurs, s'il-vous-plaît », « Arrête de te balancer sur ta chaise, Grégoire », « Georges, pose ce flyer et écoute-moi ».

Les élèves répètent le nouveau numéro à deux, tandis que Guillaume s'occupe de Georges. / Photo Marion Saive
Les élèves répètent le nouveau numéro à deux, tandis que Guillaume s'occupe de Georges. / Photo Marion Saive

Retours sur les prestations de chacun

Mains jointes derrière le dos, il tourne dans la pièce de 12 m², distribue ses conseils à la volée. « Accompagnez vos gestes de phrases, messieurs ! Tout le monde peut apprendre une technique, mais un tour de magie, c'est avant tout du charisme, une présence scénique, une intonation, un souffle... » Il s’attarde auprès de Georges, tout penaud d’avoir oublié l’enchaînement du numéro. Et après vingt minutes de préparation... « Qui nous le présente ? » Les apprentis le fuient du regard, yeux rivés sur leur tapis de velours rouge. Mattéo se dévoue et passe le premier.
Viennent les retours sur sa prestation. « C’était pas clair au moment de la disparition », lance Guilhem. « En effet, tu aurais dû poser ton paquet sur la table, reconnaît Guillaume. Quand on peut se passer de son tas de cartes, mieux vaut s’en débarrasser, ça embrouille le spectateur. » L'heure de cours est écoulée. Georges baille, se frotte les yeux de fatigue. Dehors, la nuit est tombée. Il est temps de retrouver les parents qui attendent à l'entrée. Aussitôt, le groupe d'adultes prend place sur les chaises en bois réchauffées. C'est parti pour une heure supplémentaire de magie.

A la fin de la séance, Guillaume rentrera au domicile parental. Retrouvera sa petite-sœur Zoé, fan de la première heure de ses tours de magie, et son frère de 15 ans, son « assistant » des débuts.
Avec tous ses projets, le magicien aurait de quoi vivre de sa passion, et c’est d’ailleurs son ambition. Mais pour l'instant, il faut ramener « de bonnes notes » à la maison. C'est le deal.

Pratique École de magie de William Arribart en partenariat avec le Théâtre du Gai Savoir, 94, rue des Charmettes (Lyon 6e). Tarif : 340 euros l’année. Tél 07 77 97 66 28

Marion Saive

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Les commentaires sont clos.