Santé Le bon plan pour tordre le cou à la tique en cas de morsure

L’animal comme l’homme sont des cibles pour la tique.  Photo Gisèle LOMBARD
L’animal comme l’homme sont des cibles pour la tique. Photo Gisèle LOMBARD

Les tiques sont en recrudescence depuis avril. Elles sont dangereuses pour les chiens, chats chevaux mais aussi pour l’homme.

Le printemps est propice aux randonnées avec chiens et enfants. C’est aussi la période des herbes hautes et des tiques. Ces dernières sont des arachnides qui se nourrissent du sang des mammifères comme le chien, le chat ou le cheval mais aussi du sang de l’homme et peuvent transmettre des maladies comme celles de Lyme ou la MET (meningo-encéphalite à tiques) souvent silencieuses durant plusieurs mois et au diagnostic complexe.

« Cette année, nous constatons une recrudescence de cas de chiens atteints de piroplasmoses et de chats atteints d’hémobartonellos à la suite de morsure de tiques. Certaines complications ont été mortelles », explique le docteur Odile L., vétérinaire à la clinique de Miribel, proche du parc de Miribel-Jonage.

Si certaines précautions peuvent être prises en amont, comme faire vacciner son animal et le traiter contre les parasites, il est nécessaire de connaître les bons gestes à faire en cas de morsure et ce qu’il faut éviter.

Au retour de randonnée

- Passer sa main à l’intérieur du pelage du chien pour détecter une tique éventuelle.

- Pour soi-même et les enfants, regarder sur tout le corps en insistant sur les zones à peau fine : creux du genou, nombril, pli des aisselles…

La tique est là, que faire ?

- Ne pas utiliser d’éther ou de vaseline qui agressent la tique et augmentent les risques d’infection par régurgitation.

- Il faut enlever la tique le plus rapidement possible. Pour cela il est recommandé d’utiliser un outil spécialisé de type O’Tom/Tick twister (lire ci-dessous). Fabriqué en France par une société basée en Rhône-Alpes, cet outil a été plébiscité mondialement pour retirer les tiques dans des conditions optimales.

- Il s’agit de passer le crochet sous la tique et de tourner doucement pour retirer de manière fiable la tête et le rostre (partie qui perfore la peau).

Il faut ensuite désinfecter et surveiller pendant quelques jours l’endroit de la morsure. Ne pas hésiter à consulter en cas de rougeurs et de fièvre chez l’enfant ou l’adulte, en cas de somnolence ou d’un manque d’appétit chez l’animal. Des traitements efficaces existent.

L’O’Tom/Tick twister à avoir sur soi

La Clipbox pour transporter partout les crochets.  Photo DR
La Clipbox pour transporter partout les crochets. Photo DR

Pour les transporter plus facilement, les crochets O’Tom/Tick twister® sont désormais disponibles dans une Clipbox.

Laquelle se fixe sur les sacs à dos mais aussi sur les fermetures de Kway ou d’anoraks. Indispensable pour les randonneurs, chasseurs, campeurs.

> En vente en pharmacie, chez les vétérinaires et les animaleries, pour un prix d’environ 5 à 6 €.

Gisèle LOMBARD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?