CONFLUENCE Un projet novateur dédié à la santé et au bien-être en 2020

L’espace de santé (à gauche) ouvert sur le jardin thérapeutique. Au fond, des bâtiments de bureaux dont un, réversible en logements. La livraison de l’ensemble est prévue au 2 e trimestre 2020.  Visuel Virtual Building
L’espace de santé (à gauche) ouvert sur le jardin thérapeutique. Au fond, des bâtiments de bureaux dont un, réversible en logements. La livraison de l’ensemble est prévue au 2 e trimestre 2020. Visuel Virtual Building

Début 2019, de nouveaux travaux vont démarrer à la Confluence pour bâtir un îlot “Santé-Bien-Être”. Porté par Linkcity, ce projet veut faire la part belle aux innovations avec la construction d’un Espace de santé et de prévention.

L’opération pour laquelle un permis de construire vient d’être déposé pour réaliser quatre bâtiments sera, à l’image des projets voisins, plutôt dense, mais aussi un peu à part.

Placés le long du Rhône, quai Perrache, face à la Cité Perrache, ces quatre bâtiments réunis dans un îlot baptisé îlot “Santé-Bien-Être” ont vocation à se distinguer, car tournés vers de nouvelles formes d’innovation « utiles pour les habitants ». L’opération, pilotée par Linkcity, filiale de Bouygues construction sera conçue par une maîtrise d’œuvre coordonnée par l’architecte britannique David Chipperfield. C’est « une expérience urbaine totalement novatrice qui dessine le modèle de la ville de demain », promettent les promoteurs du projet, soucieux d’être « au service d’une ville plus saine ». Les habitants sont preneurs.

Des services innovants dédiés au bien-être

Au programme de ce projet pas tout à fait comme les autres un espace de santé et de prévention, d’un peu plus de 1 000 m², « démonstrateur d’une nouvelle expérience de médecine en ville ».

Conçu sur trois niveaux, cet ouvrage fait de bois répond aux besoins du quartier. Un audit a été réalisé sur la Confluence, souligne-t-on du côté de Linkcity, et à partir de là, on a lancé le programme du projet. D’où « une offre médicale repensée », des « services innovants dédiés au bien-être », avec nous dit-on, la présence d’une vingtaine de médecins. Cet espace se voudra « une réponse inédite aux défis sociétaux et sanitaires de notre époque ». On y parlera, sans doute, affections chroniques, vieillissement de la population, préservation du capital santé, actimétrie… Les locaux commerciaux aménagés en rez-de-chaussée abriteront des activités liées à cette même thématique.

Cette maison de la santé sera ouverte sur un jardin thérapeutique. À la fois « écrin de nature », il a vocation d’être respectueux à la fois de la biodiversité et de la santé. Lieu de détente, de sport et de médiation, c’est ici que l’on viendra prendre soin de son capital santé.

13 000 C’est, en mètres carrés, la superficie de l’îlot qui comprend l’espace de santé, deux bâtiments de bureaux connectés, un bâtiment de logements mixtes, des locaux commerciaux et le jardin.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?