transports Une nouvelle ligne de métro direction Tassin depuis Bellecour ou Hôtel-de-Ville

Les tracés envisagés. Infographie Le Progrès
Les tracés envisagés. Infographie Le Progrès
La station Bellecour. Photo Maxime JEGAT
La station Bellecour. Photo Maxime JEGAT
Les tracés envisagés. Infographie Le Progrès La station Bellecour. Photo Maxime JEGAT

Douze scénarios ont été étudiés par le Sytral et Egis Rail pour desservir, par une ligne E, le nord ouest lyonnais et notamment les hauts du 5e arrondissement. Deux vont être approfondis pour une mise en service en 2030.

Gérard Collomb en avait lancé le projet pendant la campagne des municipales de 2014 : construire une ligne de métro desservant le centre de Lyon, à Alaï, à Tassin en irriguant au passage les hauteurs du 5e arrondissement et ouvrant de nouvelles perspectives de transport pour les habitants du nord-ouest lyonnais. À l’époque, cette volonté était aussi une réponse à son challenger, Michel Havard, qui défendait un métro de Saint-Paul à Part-Dieu.

Depuis, l’idée a fait son chemin et le Sytral a mené avec Egis Rail des études de faisabilité de cette ligne automatique qui répondrait aux besoins de développement de toute une partie de l’agglomération où les transports en commun de surface sont contraints par des voies souvent étroites et tourmentées. Une configuration qui rend le métro indispensable pour apporter une solution. 60 000 personnes pourraient emprunter dans un premier temps cette ligne.

Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, et David Kimelfeld, président de la Métropole, ont présenté, vendredi, les résultats de ces études et les premiers choix retenus.

Cinq ou six stations

Pas moins de douze scénarios ont été analysés pour réaliser cette jonction de 6 à 7 km suivant les tracés entre Alaï/Tassin et le cœur de Lyon. La question majeure était de définir de quel lieu précis faire partir cette ligne : Vieux-Lyon, comme cela avait été avancé en 2014, Gorge-de-Loup, Perrache, Bellecour ou Hôtel de Ville.

L’attractivité de la ligne, sa cohérence urbaine, les prévisions de fréquentation, son évolutivité, les risques techniques pour la réaliser, les coûts et les délais ont été pris en compte pour orienter la suite du projet.

Deux scénarios ont été retenus : dans le premier, la ligne E part de Bellecour, en contact avec les lignes A et D. Dans le second, son départ se fait à Hôtel-de-Ville, en lien avec les lignes A et C. Dans cette hypothèse, la ligne a six stations, et non cinq, car elle fait un arrêt à Saint-Paul, ce qui permet un lien avec les liaisons ferroviaires. Ensuite, le tracé et ses variantes sont identiques : Saint-Irénée ou Trion, Point du Jour, avenue de la Constellation ou Ménival ou Libération, au carrefour des axes Brosset et Charles-de-Gaulle, et enfin terminus à Alaï/Tassin, en limite du 5e arrondissement et de Francheville.

L’objectif est de mettre en service cette ligne en 2030. Afin de ne pas perdre de temps, Fouziya Bouzerda a annoncé que le Sytral votera la poursuite des études et la saisine de la Commission nationale du débat public. Le but est que le nouveau comité du Sytral issu des élections de 2020 puisse très vite lancer le projet si c’est son intention évidemment.

C’est un projet qui se fera sur deux mandats et qui sera de l’ordre d’un milliard d’euros

Fouziya Bouzerda,

présidente du Sytral

Une nouvelle ligne quarante ans après la D

Si la ligne E voit le jour en 2030, ce sera la première nouvelle ligne de métro mise en service dans la métropole, près de quarante ans après la ligne D, ouverte en 1991. Depuis, le réseau métro a toutefois été prolongé : la ligne B, à Gerland puis Oullins avant Saint-Genis-Laval en 2023, la A à Vaulx-en-Velin/La Soie, la D à Gare de Vaise. Et le tramway est revenu en force.

Pour desservir le 5e arrondissement de Lyon et le nord-ouest lyonnais, parmi les scénarios étudiés, figuraient des prolongements ou des débranchements de lignes existantes (des lignes devenant à deux branches). Le choix s’est porté, pour des raisons d’efficacité, sur une véritable nouvelle ligne.

David Kimelfeld, président de la Métropole, a insisté sur le fait que la création de cette ligne, en contact avec le tram-train à Alaï, nécessiterait un travail avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour une bonne complémentarité des divers modes de transport. Elle sera aussi en lien avec le futur Anneau des Sciences (périphérique ouest) annoncé en 2028, ce qui donnera naissance à un nouveau pôle multimodal.

François Samard

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?