ART L’ancien speaker de l’OL met le quotidien en couleur

L’ex-speaker de l’OL, Dominique Grégoire, peint quilles, toiles et chaises dans son atelier, situé en zone industrielle. / Photo Laurène PERRUSSEL-MORIN
L’ex-speaker de l’OL, Dominique Grégoire, peint quilles, toiles et chaises dans son atelier, situé en zone industrielle. / Photo Laurène PERRUSSEL-MORIN

Après une carrière dans le milieu du sport, Dominique Grégoire peut se consacrer à l’art, son autre passion. Il customise notamment des objets du quotidien pour les transformer en œuvres.

Dans une rue de la zone industrielle de Décines, caché entre les bâtiments gris, ce cube blanc pourrait passer pour des locaux d’entreprises. Il s’agit en réalité de la maison de Dominique Grégoire et de son épouse.

Tout y est œuvre d’art, de l’escalier, graffé par l’ancien speaker de l’Olympique Lyonnais, au salon, où des inscriptions sur les murs contrastent avec le tapis persan au sol. « Nous avons créé le bâtiment autour d’un patio, qui nous permet d’animer soirées et réceptions », explique Dominique Grégoire, qui a choisi “Donomiq” comme nom d’artiste.

La voix de l’OL durant 18 ans

Il a été pendant 18 ans la voix de l’OL. En parallèle, il peint depuis longtemps sur différents supports, apprenant l’art en autodidacte. « J’ai toujours été curieux : cela doit être une déformation liée à mon métier d’animateur. »

Quand sa femme crée son agence de communication, Oui Art, elle lui demande de l’aide pour des visuels. Jusqu’à ce que des clients choisissent le visuel créé par Dominique Grégoire.

Inspiré par l’art urbain, l’artiste, âgé de 66 ans, utilise des bombes pour graffer sur des objets qui sont souvent chinés. « Faire un mur en ville, ça fait partie des choses qui me tenteraient. Pour le moment, je travaille par séries. Je mêle l’art urbain à des affaires anciennes qui ont eu une vie. »

Comme cette série de quilles, qu’il continue aujourd’hui encore, 20 ans après l’avoir commencée pour soutenir son fils aîné qui organisait une compétition d’entreprise dans le cadre d’un stage. Les premières quilles étaient des trophées. Aujourd’hui, ces pièces uniques se vendent entre 120 et 180 € et sont souvent inspirées des séries de tableaux sur lesquelles l’artiste travaille.

Des particuliers lui confient des chaises, des coques de téléphone portable (pour 15 à 20 €), voire des animaux en plastique pour qu’il les customise. « C’est plus que de la décoration, tient-il à préciser. C’est une personnalisation artistique : des chaises basiques, par exemple, vont ainsi devenir uniques. Une idée de cadeau originale pour les fêtes de fin d’année. »

Donomiq, 87, avenue des Bruyères, à Décines. Tél. 06.82.69.15.60. Site Internet : www.donomiq.com

Laurène Perrussel-Morin

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?