football - ligue 1 L’OL conserve les clés du succès hors de ses bases

/ Photo Stéphane Guiochon
/ Photo Stéphane Guiochon

Souvent pressés par une vaillante et inspirée équipe caennaise, les Lyonnais ont su se montrer réalistes en marquant en début de chaque période par Cornet et Mariano. Après les valeurs collectives et le tempérament ont parlé.

Le plafond bas, l’humidité ambiante, et une pluie de saison, n’avaient pas altéré les ardeurs d’un public normand alléché par ce classique de la Ligue 1. Les Lyonnais attendus de pied ferme après trois dernières productions à l’extérieur, présentées en mode force cinq, ont su dans un registre moins spectaculaire, rester dans les rails. Ceux qui emmènent en haut du classement.

En signant une quatrième victoire d’affilée hors de ses bases, l’Olympique Lyonnais s’est donc convaincu de plus belle qu’il était fait pour voyager. Et que les tracas connus contre Lille relevaient sans doute de l’accident. Après, il faut admettre que Mawxel Cornet revenu au meilleur niveau, au plus beau moment, alors que Bertrand Traoré est actuellement hors service, lança le débat de la meilleur manière pour sa formation. En exploitant du gauche sa première occasion, avec la détermination d’un revanchard, il permit à l’Olympique Lyonnais de disposer du scénario. Il fallait du reste bien tout ça, dans la mesure où les Caennais justifiaient totalement leur positionnement dans la première partie du tableau.

Alors, sur une pelouse rendant les chaussures un peu plus lourdes au fil des minutes, les acteurs proposèrent un choc où l’on ne sentait plus les gouttes d’eau, et où le plaisir s’invitait. L’OL par Fekir sur une volée juste au-dessus, puis sur un ballon du droit enlevé par Vercoutre, aurait pu doubler la mise. Marcelo et Mariano disposèrent également de cette opportunité. Reste que les olympiens, en toute honnêteté, n’avaient guère à se plaindre de ce 1-0 à la pause. Il fallait considérer  l’allant local motivé par les inspirations de Bennasser et Feret. Et puis Anthony Lopes avait assisté impuissant à au centre tir de Mbengue sur son poteau. Cette petite étoile protectrice pour les Lyonnais en terre adverse continuait bel et bien de scintiller…

Le tout pour les Lyonnais résidait dans le fait de desserrer l’étreinte, d’éteindre peu à peu le feu adverse. Avec de la précision, de la tête, et de l’adresse. Et dans ce registre, Mariano qui n’a parfois besoin de personne se chargeait de rappeler qu’il était sans doute arrivé au monde en voyant tout de suite une cage de football ! Sur une frappe inouïe, sans contrôle, après un rebond, il donnait le break à sa formation, en portant son score à douze buts en L1. Impressionnant. A 2-0, la mission lyonnaise était simple, et consistait à garder la tête froide, à gérer. A ce titre, Houssem Aouar, malgré sa jeunesse, excella. Alors que la furia locale était là, Anthony Lopes voyant encore atterrir un ballon (de Rodelin) sur son poteau.

L’OL luttait jusqu’au bout devant les poussées locales initiées par Santini et Mbengue. Fekir loupait une incroyable balle de 3-0 qui aurait pu avoir des conséquences puisque Santini réduisait le score dans la foulée. En souffrant jusqu’à la dernière seconde, l’OL l’emportait dans la tenue du lutteur. C’est enrichissant aussi…

La fiche technique

Au stade Michel d’Ornano, Caen-Olympique Lyonnais 1-2 (0-1)

Pelouse grasse, 19 455 spectateurs, arbitre Monsieur Armand Delerue

Buts : Cornet (10ème), Mariano (54ème) pour Lyon. Santini (89ème) pour Caen.

Avertissement : Fekir (36ème) à Lyon.

Caen : Vercoutre – Guilbert, Da Silva, Djiku, Mbengue –Bennasseur, Sankoh (puis Repas 58ème) - Kouakou (puis Nkololo 64ème)  Feret, Rodelin -Santini

Lyon : Lopes –Tete, Marcelo, Diakhaby, Marçal (puis Rafael 72ème) –Tousart, Aouar –Cornet (puis Maolida 75ème), Fekir, Memphis –Mariano (puis Ferri 80ème)

Christian Lanier

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?