LYON 110 places d’hébergement d’urgence ouvertes

Ils étaient près de 300 à manifester dans le calme en face de la  préfecture le 22 novembre.  Photo Marion GERGELY
Ils étaient près de 300 à manifester dans le calme en face de la  préfecture le 22 novembre. Photo Marion GERGELY

Il y a une semaine, 223 enfants étaient sans logement. Depuis, une dizaine ont été relogés, mais le collectif Jamais sans toit continue son action pour permettre à ces enfants et leurs familles de trouver un abri.

« Tant qu’il y aura un enfant sans logement ça sera toujours un de trop », explique-t-on du côté du collectif Jamais sans toit. Les membres continuent leurs actions pour trouver des solutions de logement aux enfants et leurs familles sans toit. « Nous voulons des solutions pérennes et non pas des solutions d’attente en attendant la fin du mois de mars (fin de la trêve hivernale, ndlr). »

Tant que tous les enfants ne seront pas logés, le collectif Jamais sans toit continuera ses actions. Pour l’heure, le collectif aide les familles comme il peut, en leur offrant des nuits d’hôtel ou en proposant, à ceux qui l’acceptent, de les accueillir chez l’habitant.

Inactive la Ville ?

Si pour Jamais sans toit l’impression d’inactivité de la part de l’État est flagrante, la Ville et la préfecture se défendent de mettre les moyens pour loger les enfants et leurs familles. « Toutes les semaines des enfants sont mis à l’abri , explique Guy Corrazol, adjoint à l’Éducation. Chaque année, nous accompagnons les familles dans l’aide au logement. La Ville inscrit tous les enfants à l’école, un service médico-social soutient les familles en difficulté, une aide à destination scolaire est également mise en place pour permettre aux enfants dans le besoin de manger gratuitement et de participer aux temps périscolaires. Nous investissons également beaucoup auprès des associations. »

La Ville travaille avec la préfecture et la Métropole, c’est ensemble qu’ils prennent les décisions et non chacun de leur côté.

De nombreuses nouvelles places ouvriront en décembre

Mercredi, Stéphane Bouillon, préfet du Rhône, Georges Képénékian, maire de Lyon, et David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon ont réuni les principaux acteurs en charge de l’hébergement d’urgence et les associations mobilisées à ce sujet. Il a été annoncé l’ouverture, effective depuis ce vendredi, d’un gymnase d’une capacité de 110 places.

Par ailleurs, 54 places seront proposées dans des structures hôtelières au titre de l’hébergement d’urgence pour porter le nombre de places ouvertes à 370 en ce début de mois de décembre. Par la suite 339 autres ouvriront tout au long du mois de décembre, ce qui portera à 600 le nombre de places d’hébergement d’urgence.

Marion Gergely

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?