Urbanisme Rue Victor-Hugo : les travaux tant attendus, c’est pour 2019

Rue Victor-Hugo, le principe d’aménagement. L’idée est de proposer un espace piéton libéré de tout, compte tenu du passage important./ Folia Urbanisme & Paysage
Rue Victor-Hugo, le principe d’aménagement. L’idée est de proposer un espace piéton libéré de tout, compte tenu du passage important./ Folia Urbanisme & Paysage

Ils voulaient en savoir plus sur le projet de réaménagement de la rue Victo-Hugo et de la place Ampère. Un Comité d’initiative et de consultation d’arrondissement a permis aux élus et aux habitants de la Presqu’île d’y voir un peu plus clair.

Pour les travaux, il faudra patienter encore, jusqu’au 2e  trimestre 2019. C’est très long. Et du coup, on s’impatienterait presque de ce côté-ci de la Presqu’île. Pensant même, comme l’a souligné le maire du 2e  arrondissement Denis Broliquier, que le sujet ne serait plus sur le dessus de la pile. Élus, associations et habitants avaient besoin d’être rassurés sur plusieurs points. D’où le CICA organisé avec le vice président de la Métropole de Lyon en charge de l’Urbanisme, Michel Le Faou, en présence d’une bonne centaine de personnes. 

«C’est un sujet qui nous est cher», affirme le maire du 2e. Et le message a semble-t-il été entendu du côté de l’hôtel de ville. Oui, il convient de «mettre un coup d’accélérateur sur la rénovation d’un certain nombre d’espaces publics en Presqu’île». Oui, l’artère piétonne vieillissante, détériorée, rapiécée, n’est pas «à la hauteur d’un cœur de ville». Et non, on ne mégotera pas sur la qualité de l’aménagement. La Métropole de Lyon qui a retenu l’équipe Ilex/Artelia/Transitec pour la conception, va y investir quelque 6,5 millions d’euros. Mais pas seulement.

Ravalement de façades et nouvelles lumières

Les propriétaires placés le long de la rue sont sollicités et même appelés à mettre la main à la poche. Pour autoriser la Ville à installer l’éclairage public « plus performant et moins coûteux » sur leurs façades, ce qui aura l’avantage de supprimer les mâts de l’artère piétonne. Et pour engager le ravalement des immeubles. C’est un « partenariat avec les habitants qui voit le jour, et il contribue », indique Michel Le Faou, à redonner du qualitatif à cet espace public.

Pas d’arbres, mais de la pierre

Côté rénovation, c’est un matériau de type granit, « durable et costaud » qui devrait recouvrir le sol de façade à façade. Faute de plantations d’arbres, c’est techniquement impossible avec le métro qui se trouve juste au dessous, la rue restera minérale. Ce que regrettent certains habitants. Pour le vert et la nature, il faudra se déplacer place Ampère qui, libérée de sa fontaine, sera végétalisée.

Tous ces points font, pour l’instant, l’objet d’une étude qui sera présentée début 2018. Ce qui serait bien, glisse-t-on du côté des Comités d’intérêt locaux, « c’est que nous soyons associés à la réflexion ». « Tout le monde pourra être associé à la démarche, répond Michel Le Faou, mais, prévient-il, on ne va pas révolutionner les choses ».

Point par point

Sécurité : des bornes en béton côté Bellecour et Carnot

L’étude en cours porte aussi sur les contrôles d’accès qui s’annoncent beaucoup plus rigoureux. Limiter « les mauvais usages de la rue qui reste un espace partagé », tel est l’objectif. Les entrées côté Bellecour et Carnot seront interdites aux véhicules motorisés. « Dans les semaines proches, un test de restriction des accès situés côté Bellecour et Carnot va être réalisé avec l’installation de bornes en béton ou en granit, indique Michel le Faou. Il s’agit de voir comment cela fonctionne, puis, à l’issue de ce test, nous demanderons aux concepteurs d’intégrer des bornes conçues pour la rue Victor-Hugo, au projet d’aménagement. »

Vidéo verbalisation pour contrôler les accès

Les accès pour les riverains se feront par les rues perpendiculaires. Même choses pour les livreurs. Des aires de livraison seront matérialisées pour « éviter de faire tout et n’importe quoi ». Un contrôle sera mis en place via la vidéo verbalisation. « L’idée n’est pas de transformer la voie en axe de circulation mais de proposer une desserte fine. »

Stationnement difficile

Certains commerçants mettent l’accent sur les difficultés de se garer dans le quartier. D’autres redoutent l’emprise du chantier, ayant à l’esprit les travaux du cours Lafayette et leur impact sur les chiffres d’affaires. « Ça nous fait très peur », avoue l’un d’entre eux.

Plus de fontaine place Ampère

«Dommage, dit une habitante, on touche à l’écosystème de la place. Sans le bassin, la faune de cet espace public disparaît. Les oiseaux ont besoin d’eau».

Aline Duret

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?