Transports Autonom Cab : Navya lance le premier robot taxi

Les six passagers seront assis en vis-à-vis, comme dans un salon. / Photo AFP
Les six passagers seront assis en vis-à-vis, comme dans un salon. / Photo AFP

Après la navette actuellement expérimentée à Lyon, ce nouveau véhicule sans conducteur électrique construit à Vénissieux, est présenté comme encore plus abouti technologiquement.

Moteur ! Électrique bien sûr. C’est à la Cité du cinéma de Saint-Denis, et en présence de son fondateur, Luc Besson, que le constructeur de véhicules autonomes Navya a présenté mardi sa nouvelle création : Autonom Cab.

Une première mondiale pour la société implantée dans l’agglomération lyonnaise puisqu’elle le définit comme le premier robot taxi. Pas de volant, pas de pédales et donc pas de conducteur pour le nouveau venu.

Technologie très sophistiquée

« C’est le véhicule autonome technologiquement le plus sophistiqué », assure Christophe Sapet le président de Navya. Il réunit pas moins de dix lidars, six caméras, quatre radars.

Navya fabrique déjà Autonom Shuttle (baptisée auparavant Navya Arma), expérimenté à Lyon-Confluence sous l’appellation de navette Navly. Plus de 200 000 personnes sont montées à bord dans le monde.

Autonom Cab pourra accueillir six passagers qui se trouveront assis en vis-à-vis comme dans un salon. Extérieurement, le véhicule a les proportions d’un généreux monospace. C’est pratiquement le seul point de ressemblance que l’on peut lui trouver avec les voitures circulant actuellement. Sa vitesse maximale est de 90 km/h et son autonomie d’environ dix heures.

Autonom Cab sera construit en grande partie dans l’usine de Vénissieux, Navya dispose d’un autre site de production aux États-Unis, près de Détroit. Son coût est compris entre 230 000 et 250 000 €.

Après les démonstrations et les tests dans quelques semaines à Paris et Las Vegas, les véritables expérimentations avec passagers auront lieu au printemps. Les villes où il circulera ne sont pas encore connues. Keolis pour l’Europe et les États-Unis, le RAC pour l’Australie sont les principaux partenaires de Navya. D’autres pourraient suivre.

La ministre des Transports en soutien

Élisabeth Borne, ministre des Transports mais aussi Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, ont assisté mardi au lancement d’Autonom Cab, qui, après les expérimentations, visera à séduire les sociétés de taxis et de VTC. Il ne pourra toutefois circuler sans accompagnateur que lorsque la législation le permettra. Ce qui n’est pas le cas en France.

Élisabeth Borne a parlé à propos d'Autonom Cab de troisième révolution dans la mobilité après celles de l’apparition du train puis de la voiture. Elle a aussi manifesté son désir « d’élargir les possibilités d’expérimentation des véhicules autonomes : « On pourra avoir une supervision à distance de ces véhicules ». Sa volonté est « de passer des expérimentations aux véritables services ».

F.S

François Samard

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?