Environnement Poids lourds et utilitaires polluants interdits à Lyon et Villeurbanne d'ici 2020

D’après l’organisme de l’air Atmo, «laisser les particules fines se développer et prospérer entraînerait une baisse d’espérance de vie d’au moins six mois pour les habitants de la Métropole». / Photo d'illustration Richard Mouillaud
D’après l’organisme de l’air Atmo, «laisser les particules fines se développer et prospérer entraînerait une baisse d’espérance de vie d’au moins six mois pour les habitants de la Métropole». / Photo d'illustration Richard Mouillaud

Les véhicules des particuliers ne seront pas touchés par cette restriction, qui interviendra au plus tard en 2020.

Les récents et multiples pics de chaleur entraînant mécaniquement des pics de pollution rendaient plus sensibles que jamais le débat sur le plan Oxygène, lundi 6 novembre, à la commission générale (1) du conseil de Métropole.

L’entrée dans le vif du sujet avait quelque chose d’un peu anxiogène, avec la présentation de Marie-Blanche Personnaz, de l’organisme de surveillance de l’air Atmo. Elle explique que «laisser les particules fines se développer et prospérer entraînerait une baisse d’espérance de vie d’au moins six mois pour les habitants de la Métropole».

Pour contrer pareille évolution, l’assemblée métropolitaine a élaboré un plan “Oxygène” présenté par le vice-président à l’Environnement, Thierry Philip.

Une concertation avec les maires

Ainsi, d’ici 2020 seront créées des zones dites de “faibles émissions” qui seraient interdites aux véhicules les plus polluants. La première mise en place aurait comme périmètre Lyon-Villeurbanne. Seraient uniquement concernés les véhicules professionnels : poids lourds d’avant 2009 pour les “essence” et 2014 pour les “diesel” et utilitaires légers avant 2006 pour les “essence” et avant 2011 pour les “diesel”. Sont donc exclues les voitures des particuliers, pas concernées par ces restrictions de circulation.

Thierry Philip justifie cette différence de traitement par le fait que «60% des émissions de dioxyde d’azote sont produites par 17% des poids lourds et 16% par des utilitaires».

Cette différenciation, l’écologiste EELV Pierre Hémon ne la soutient pas: «Les véhicules personnels ayant plus de vingt ans et sans vignette car trop polluants devraient être également interdits.» En contrepartie, la Métropole et les communes pourraient aider les propriétaires à acheter des véhicules moins polluants «par exemple en doublant la prime Hulot». Plus globalement, l’élu EELV aimerait que «l’on n’attende pas 2020 mais que les mesures arrêtées soient mises en œuvre dès 2018».

Face à «un enjeu de santé publique […] démocratique […] et d’attractivité de notre territoire», l’UDI Christophe Geourjon propose des «priorités» dont une limitation de vitesse à 30 km/généralisée, ou «la création d’autoroutes pour les vélos sur les boulevards urbains». En clôture des échanges, le président David Kimelfeld annonce que «la concertation va être lancée avec les maires».

(1) Cette commission a la même composition que l’assemblée plénière, la seule différence étant qu’en commission générale il n’y a pas de vote.

M.R-P.

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?