Lyon 2e La patinoire Charlemagne s’offre un lifting à plus de 4 millions d’euros

Yann Cucherat, adjoint au Sport, et Sébastien Berthet, président du LHC, conviaient la presse à une visite de la patinoire du 2e arrondissement avant sa réouverture, fin septembre. Photo Alexandre VIEIRA
Yann Cucherat, adjoint au Sport, et Sébastien Berthet, président du LHC, conviaient la presse à une visite de la patinoire du 2e arrondissement avant sa réouverture, fin septembre. Photo Alexandre VIEIRA

La patinoire Charlemagne rouvrira samedi 29 septembre, à l’occasion du match opposant le Lyon hockey club à Épinal.

Après cinq mois de fermeture pour travaux, le chantier de la patinoire Charlemagne est presque terminé. Si sa réouverture est prévue vendredi 29 septembre pour un match de Lyon hockey club (LHC), les créneaux dédiés aux associations, écoles et grand public reprendront leur cours habituel le lendemain.

Entamé en mai, ce lifting en profondeur devrait sensiblement améliorer la qualité de la pratique. Une nouvelle dalle, qui abrite l’aire de jeu, a ainsi été construite après avoir démoli et désamianté la dalle d’origine et une seconde couche qui s’étaient superposées au fil du temps.

Une gestion optimale et économe

Autre nouveauté, le groupe froid a été totalement changé. Ce dispositif permet de garantir la qualité des 7 cm d’épaisseur de glace, formant la piste en refroidissant la dalle à une température de -5 à -8 °C. « Les réalisations ne sont pas visibles à l’œil nu. Elles vont améliorer l’utilisation et permettre une gestion optimale et économe. Souvent de la glace fondait. Plusieurs matchs ont été annulés à la dernière minute, car la qualité de la glace n’était pas suffisante », a précisé Yann Cucherat, adjoint au Sport, en visite sur place ce lundi.

Outre ces deux chantiers, les balustrades, circulations et éclairage de secours ont été repris. Le remplacement de vitrages devrait par ailleurs améliorer les performances énergétiques de l’enceinte inaugurée en 1969.

Le coût global des opérations s’élève à 4,15 M€, financés par la Ville. « Les travaux ne seront pas répercutés sur le prix d’entrée », assure Yann Cucherat. Bonne nouvelle pour les finances locales : avec un groupe froid plus économe conjugué à la récupération de la chaleur émise par les compresseurs, la municipalité devrait dépenser « un tiers des coûts d’électricité en moins ».

Des loges en plus

« Une meilleure qualité de glace, de jeu, d’appuis. Et moins de risques de blessure. On a un outil à hauteur de nos ambitions. » Sébastien Berthet, président du LHC, ne cachait pas sa satisfaction, ce lundi, en évoquant le lifting de la patinoire Charlemagne. En parallèle de la rénovation de leur antre, les Lions procèdent actuellement à la création de 60 places en loge supplémentaires, dans l’enceinte de 3 100 sièges, avec le soutien de la Ville. Un levier important pour le développement économique du club, qui affiche la meilleure affluence du championnat.

Autre initiative, le LHC ouvrira bientôt une boutique sur le parvis. Celle-ci proposera des produits dérivés du club et du matériel de hockey ou de patinage. Alors que le merchandising ne représente que 45 000 € de chiffre d’affaires par an, la perspective devrait contribuer à doper « les ressources du club et asseoir sa santé financière ».

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?