Football Chypre, douloureux souvenir pour l’OL

Le seul déplacement à Chypre de l’OL s’est soldé par une claque en 2012 :  l’élimination aux tirs au but de la Ligue des champions contre l’Apoel Nicosie / Photo d'archives Stéphane Guiochon
Le seul déplacement à Chypre de l’OL s’est soldé par une claque en 2012 : l’élimination aux tirs au but de la Ligue des champions contre l’Apoel Nicosie / Photo d'archives Stéphane Guiochon

Le club rhodanien a joué une seule fois sur l'île méditerranéeenne : en 2012, et l'équipe de Rémi Garde avait été sortie en huitièmes de finale de la Ligue des champions par le modeste Apoel Nicosie. Le groupe de Bruno Genesio retroyuvera la même pelouse pour affronter Limassol ce jeudi en Ligue Europa.

Ce mercredi, l'OL rejoint Chypre , où il disputera jeudi à 19 heures son premier match de phase de groupes de la Ligue Europa contre l’Apollon Limassol. Un match contre l’équipe la plus faible du groupe pour débuter, mais une rencontre piégeuse malgré tout. Le club rhodanien est bien placé pour le savoir. Son seul déplacement sur l’île méditerranéenne jusqu’alors s’est en effet conclu par l’un des échecs les plus cinglants de l’histoire du club.

Saison 2011/12 : l’équipe de Rémi Garde, qui a succédé à Claude Puel durant l’été à la tête des gones, se débarrasse difficilement du Rubin Kazan en barrages de la Ligue des champions. Il faut ensuite un miracle pour sortir du groupe, mais la victoire 7-1 à Zagreb contre le Dinamo lors de la dernière journée permet aux Lyonnais de terminer devant l’Ajax Amsterdam et derrière le Real Madrid.

Le tirage au sort est toutefois généreux avec l’OL. Le club évite Barcelone, le Bayern Munich ou Chelsea et tire l’Apoel Nicosie, champion chypriote et qui a terminé premier de son groupe à la surprise générale. Le match aller confirme la bonne pioche : Lyon déroule son jeu à Gerland mais ne s’impose que d’un but (marqué par Alexandre Lacazette d’une belle frappe légèrement contrée par un défenseur), alors que l’avantage aurait pu être bien plus large.

Lacazette et Bastos, héros malheureux des tirs au but

Les 18 500 spectateurs du Neo GSP (qui accueillera aussi le match de demain) sont bouillants pour le match retour. Manduca ouvre le score en moins de 10 minutes. L’Apoel a refait son retard et met en danger sur chaque attaque une fébrile charnière Cris-Bakary Koné. Aucun autre but ne sera marqué, malgré les efforts d’Aly Cissokho qui dévie de la tête sur sa propre barre transversale un coup franc des locaux. Place à la prolongation puis à la séance de tirs au but. Lacazette et Michel Bastos seront alors les seuls joueurs à rater.

Le résultat est historique pour l’Apoel, tout autant que la claque reçue par l’OL. La qualification en quarts de finale (où Nicosie se fera sèchement battre par le Real Madrid) est toujours le meilleur résultat d’un club chypriote en coupe d’Europe. Un exploit qui vient valider la bonne forme des clubs de l’île, qui ont su profiter de la mondialisation du football pour se placer sur la carte d’Europe.

L’Apoel comptait ainsi neuf joueurs étrangers sur onze au coup d’envoi du match retour, dont quatre Brésiliens et trois Portugais. L’Apollon Limassol compte lui vingt-quatre non-Chypriotes dans son effectif. Attention à ne pas revivre le même cauchemar cinq ans plus tard, même si l’enjeu, demain, sera plus faible qu’en 2012 !

Hugo Hélin

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?