CONSOMMATION La livraison collaborative en plein boom

Paul et ses associés d’Agriz ont misé sur la livraison collaborative pour lancer leur start-up.  Photo Jean-Philippe CAVAILLEZ
Paul et ses associés d’Agriz ont misé sur la livraison collaborative pour lancer leur start-up. Photo Jean-Philippe CAVAILLEZ

La nouvelle économie regorge d’idées. Plusieurs sociétés ont fait le pari de la livraison collaborative.

Rue Mazenod, dans le 3e arrondissement de Lyon, Loïc Mounier, Paul Imbault et Kevin Tersigni guettent la fenêtre de leur local. Les trois associés, qui ont créé une marque de fruits et légumes de grande qualité en circuits courts (Agriz), ont fait le choix de faire livrer leurs paniers garnis de fraises, tomates et autres produits en misant sur le collaboratif.

«Notre premier métier, c’est de travailler avec des agriculteurs. On s’est dit que la livraison, on allait l’externaliser. On a trouvé ça très civilisant d’aller sur le collaboratif, car ça rentre aussi dans une démarche éco-responsable», explique Kevin Tersigni.

«Optimiser les trajets de particuliers»

La start-up qui leur permet d’«être en phase avec leurs (nos) valeurs», c’est You2You. Créée en septembre 2015 à Paris, elle propose, via une application, de mettre à profit les déplacements de tout un chacun pour livrer un colis à un particulier. Ce qu’on appelle du crowdshipping, pratiqué également par MyBoxMan ou Shopopop par exemple. « Amazon fait croire que la livraison est gratuite et les grands distributeurs ont du mal à innover », explique le cofondateur de You2You, Édouard Roy.

Partant de ce constat, You2You, sur fond d’écologie et de développement durable, a décidé de s’engouffrer dans la brèche. «L’idée, c’est d’optimiser les trajets de particuliers et de proposer à des petits points de vente physiques un moyen de livraison.» Et après un démarrage parisien, You2You est disponible à Lyon, Bordeaux et Lille.

Leur marché lyonnais représente une centaine de livraisons par jour. Il faut compter entre 2 et 10 € de compensation financière pour les livreurs, suivant la taille du colis et le moyen de livraison (vélo, voiture). «Pour notre start-up, nous choisissons des livreurs à vélo», reprennent en chœur les associés d’Agriz, appuyant sur la démarche éco-responsable.

Sur chaque livraison, You2You, qui propose des livraisons de course et travaille avec des enseignes comme Leroy Merlin, Botanic ou Decathlon, gagne entre 1 et 2,50 €. Et la rapidité est au rendez-vous avec une communauté de Youzers (ceux qui utilisent You2You) actifs. «97 % des commandes sont acceptées par un livreur en moins de cinq minutes, 100 % en moins de quinze», garantit fièrement Édouard Roy.

Des livreurs limités à 400 € par mois

Et lorsque l’on parle «uberisation», le cofondateur se défend vigoureusement. «Non, c’est Amazon qui ubérise. Nous, nous répondons à l’uberisation», explique-t-il, précisant que devenir livreur «n’est pas professionnalisant». «Nos livreurs sont limités à 400 €, soit 4 800 € par an, et trois courses par jour.»  «Ce n’est pas de l’uberisation, abondent les fondateurs d’Agriz. On est plus dans la “blablacarisation”», du nom de la célèbre entreprise de covoiturage.

Belkacem, l’un des 3 000 Youzers en France, qui se présente ce jour chez Agriz, est tout sourire. Avec déjà une douzaine de livraisons à son actif, il vante le concept. «Je fais ça sur des trajets que j’avais prévu de faire quoiqu’il arrive. Un petit bonus pour moi, pas de patron, c’est très bien.»

Le site : www.you2you.fr

Tousfacteurs à Lyon au deuxième semestre 2017

Tousfacteurs : lancée en 2016, la start-up propose de livrer des colis arrivés dans des points relais directement à domicile. Et pour cela, elle s’est alliée aux deux mastodontes du secteur, représentant 70 % du marché : Mondial Relay et Relais Colis. Au moment où vous recevez la notification de livraison à votre point relais, vous pouvez demander, pour un prix débutant à 2,99 €, à un coursier à vélo d’apporter le colis à domicile, sept jours sur sept, et jusqu’à 22 heures. Active sur Paris, la solution doit s’implanter à Lyon le second semestre 2017..

Jean-Philippe Cavaillez

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?