Start-up Upyia : un vent de jeunesse sur la visite virtuelle à 360°

Prochaine visite virtuelle pour Loïc André,  Brooklyn Gourmet Co, rue Ferrandière.  Photo Joël PHILIPPON
Prochaine visite virtuelle pour Loïc André, Brooklyn Gourmet Co, rue Ferrandière. Photo Joël PHILIPPON

À 17 ans, Loïc André est gérant de la société Upyia. Une satisfaction pour cet autodidacte qui s’est spécialisé dans le webmarketing et la visite virtuelle à 360°.

« Dans un mois, ce problème d’âge sera réglé : j’aurai enfin 18 ans ! » Loïc André a le sourire. Après plus de six mois de galères, il est enfin parvenu à créer sa structure : Upyia. Et ce ne fut pas simple ! « La complexité, c’est que j’étais mineur. Il m’a fallu des autorisations parentales pour tout : le compte pro à la banque, mais aussi la création de la structure », explique-t-il

Déjà six visites virtuelles

Mais sa motivation était plus forte que tout. Lyonnais d’origine, il a suivi ses parents en Savoie. Puis, sûr de son choix, il arrête ses études pour revenir à Lyon en septembre, en compagnie de sa petite amie. Et il y crée sa société.

Débrouillard, passionné d’informatique et baignant dans Internet, en 2016, Loïc André tombe un peu par hasard devant une visite virtuelle sur le net. Il s’y intéresse et acquiert une première caméra.

Quelques mois plus tard, après de nombreuses recherches, il trouve vraiment son bonheur via une start-up allemande : une caméra panoramique à 360° composée de 36 objectifs. « Je ne suis pas photographe à la base, mais cet appareil me permet de travailler avec téléphone et ordinateur pour la retouche de manière professionnelle ». Un investissement coûteux – plus de 2 000 € – mais les résultats suivent : en quelques mois, il a déjà réalisé six visites virtuelles, dont celle du Hard Rock Café de Lyon, déjà vue 26 000 fois, et ne compte pas s’arrêter là. « Ma force, c’est mon envie, mais également la mobilité du matériel et la rapidité de la prise de vues qui peut être réalisée en moins de deux heures. »

Le résultat est assez bluffant, surtout lorsque l’on sait qu’il n’est pas réalisé avec du matériel de photographe. Et le coût s’en ressent : ses prix débutent à 200 € et augmentent en fonction du nombre de photos. « Mon objectif, c’est d’aller au bout de mon projet. Mais je suis déjà très satisfait. Imaginez, gérant d’entreprise à 18 ans ! » conclut-il.

David Tapissier

Qui que quoi ?


Newsletter

Restez informés de l’actualité de Lyonplus.com Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?